association GISTI
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mars 2019

Effrayer et punir. Étrangers dans l'enfer des centres de rétention administrative

Plus qu’une simple antichambre de l’expulsion ou qu’un outil « pratique » pour l’administration, les centres de rétention administrative constituent un message fort à destination des personnes étrangères : elles méritent des droits réduits et un traitement indigne. La finalité de la rétention apparaît plus clairement que jamais : non pas faciliter l’expulsion, mais dissuader et punir.

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Juste, on te garde vivant »

C’est avec ces mots qu’une personne enfermée décrit les conditions de vie au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot, dans un témoignage paru durant la grève de la faim menée dans plusieurs centres en janvier dernier. Ces récentes mobilisations collectives, qui s’inscrivent dans la lignée de nombreuses autres actions, sont des symptômes graves de la politique migratoire des gouvernements qui se succèdent depuis 20 ans.

Le 20 février, des personnes ont entamé leur cinquantième jour de rétention, en application des dispositions de la loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie » du 10 septembre dernier qui a doublé la durée maximale d’enfermement en CRA pour la porter à 90 jours. Cet allongement de la durée d’enfermement constitue une nouvelle forme de violence institutionnelle qui s’exerce à l’abri des regards : peu de journalistes demandent aux préfectures l’habilitation qui leur permet de se rendre seul·es dans les centres de rétention [1] et aucun·e n’a, à notre connaissance, obtenu ce sésame. Les visites des parlementaires sont rares, le plus souvent annoncées ou organisées, et globalement peu couvertes par la presse.

Pourtant, derrière les murs, les personnes étrangères sont contraintes de vivre dans des conditions abominables : nourriture en quantité insuffisante voire périmée, manque de chauffage, absence totale d’intimité et conditions d’hygiène déplorables. À cela s’ajoutent l’anxiété liée à une expulsion imminente organisée secrètement par l’administration, la peur d’être réveillées brutalement en pleine nuit par la police pour être conduites à l’aéroport et ligotées à bord d’un avion. Sans parler des brutalités, commises notamment par les brigades spécialisées lors des embarquements, qui accroissent considérablement le climat de peur diffuse. La crainte d’être maltraité·es au pied des pistes, conduit beaucoup d’étrangers et d’étrangères à monter dans les avions sans résister, ce qui leur évite aussi des poursuites judiciaires qui les conduiraient en prison. Refuser de se soumettre à l’arbitraire administratif expose en effet à des sanctions, pénales cette fois. Avec, en ligne de mire et pour quelques mois, la prison, puis le retour en rétention, puis de nouveau la prison. Des personnes se retrouvent ainsi prises dans les filets d’enfermements officiellement distincts, dont on ne discerne plus ni les différences ni la finalité. La frontière devient poreuse entre ces formes de détention, et tant pis si, au passage, les logiques pénales sont dévoyées au nom du harcèlement réclamé par les politiques migratoires. (...)

La suite de l'article

Note
[1] Depuis 2016, les journalistes sont autorisés à entrer dans les centres de rétention sur habilitation préfectorale. Mais ils n’en font que rarement la demande. Lorsque c’est le cas, elle est le plus souvent rejetée par l’administration.

Extrait du Plein droit n° 120
« Mayotte à la dérive »

(mars 2019)

**

Rencontrer le Gisti sur son site, Facebook, Twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre