Association Survie
Association Survie - Ensemble contre la Françafrique
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 oct. 2020

Kanaky: s'opposer à la politique coloniale de la France

Ce dimanche 4 octobre 2020 aura lieu le 2e référendum sur l'indépendance de Kanaky – Nouvelle-Calédonie. Ce territoire du Pacifique, sous tutelle française depuis sa colonisation en 1853, est engagé dans un processus de décolonisation depuis 1988, obtenu grâce aux luttes des indépendantistes kanaks.

Association Survie
Association Survie - Ensemble contre la Françafrique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Depuis 1985, l'association Survie travaille à documenter et dénoncer la politique néo-coloniale de la France dans ses anciennes colonies africaines, ainsi que la tutelle française en Outre-mer, ces « confettis de l'Empire », que la France n'a jamais quitté.

Par principe Survie, en tant qu’association française, s’oppose ici à cette politique de tutelle. Elle soutient les luttes des peuples colonisés et opprimés par la France, et notamment, aujourd’hui celle du peuple Kanak pour son autodétermination.

Beaucoup en France ignorent que la Nouvelle-Calédonie est encore une colonie française. Si depuis 1946 le code de l'indigénat a été supprimé et si le territoire a obtenu un statut relativement autonome, il n'en est pas moins resté sous tutelle française. Actuellement, les compétences régaliennes, c'est-à-dire la défense, la justice, la monnaie, le maintien de l'ordre, la diplomatie, sont toujours entre les mains de la France. 800 militaires français sont basés de façon permanente en Nouvelle-Calédonie. Le franc Pacifique est émis par l'Institut d'Emission de l'Outre-mer basé à Paris, qui décide de la politique monétaire. La mainmise de l'Etat sur ces compétences régaliennes n'est en réalité que la partie officielle et institutionnelle de cette domination coloniale.

Cette domination, le peuple Kanak (et plus généralement les Océaniens) la vit au quotidien et dans tous les pans de la vie sociale et économique. Il est largement discriminé dans son propre pays, pour l'accès à l'éducation, à l'enseignement supérieur, à l'emploi, au logement. Les écarts de revenus entre les Kanaks et la population blanche (qu'elle soit calédonienne ou expatriée de métropole) sont immenses, en témoigne la richesse ostentatoire des quartiers blancs de Nouméa par rapport à la grande précarité des quartiers périphériques. Selon le recensement de 2014, seuls 5% de Kanaks avaient obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur, contre 28% chez les non-Kanaks. 90% de la population carcérale est Kanak.

Les accords de Matignon et de Nouméa auraient dû corriger ces injustices mais les partisans de l'ordre colonial (Etat français, partis non-indépendantistes, grandes fortunes locales coloniales) ont tout fait pour éviter un vrai rééquilibrage qui aurait remis en cause leurs privilèges. L'Etat n'a jamais cessé sa politique de peuplement et la présence de métropolitains a fortement augmenté depuis le début des années 2000, à grand renfort de primes faramineuses accordées aux fonctionnaires français partant occuper des postes. La loi calédonienne sur l'emploi local est constamment contournée pour confier des postes à des non-calédoniens (souvent des expatriés français), tant dans le privé que dans le public. L'enseignement supérieur et universitaire, élément-clé pour l'émancipation, est toujours sous tutelle étatique, alors qu'il était prévu que cette compétence soit transférée au territoire. L'Etat et la droite coloniale locale sont parvenus à bloquer ce transfert.

Pourtant, des voix politiques, médiatiques, académiques, s’élèvent régulièrement pour affirmer que la Nouvelle Calédonie n’est plus une colonie, que la fracture colon/colonisé n’existe plus et que l’État français n’a plus de responsabilité dans la situation actuelle. Certes les autorités françaises ont dû lâcher un certain nombre de miettes et cela a permis à certaines catégories d’améliorer leur niveau de vie. Mais ce processus n’a pas pour but d’en finir avec le statut colonial. Au contraire, il s’agit d’accorder quelques mesures sociales afin de maintenir le statu quo politique et conserver les compétences régaliennes.

L'urgence et l'importance de décoloniser le territoire est donc plus que jamais d'actualité.

Le processus engagé par les Accords de Matignon et Nouméa arrive désormais dans sa dernière phase, avec les 3 référendums sur l'indépendance.1

Le mouvement indépendantiste et ses soutiens en France (dont Survie fait partie) ne sont pas dupes du caractère biaisé de ce processus politique, initié et piloté par l'Etat et dans lequel la marge de manœuvre du peuple colonisé est faible. L'Etat œuvre en permanence pour faire obstruction à la décolonisation, parfois très grossièrement et ouvertement, comme dans les négociations qui se tiennent régulièrement à Paris entre les signataires de l'Accord de Nouméa, où le relevé de conclusions est rédigé avant les discussions par les cabinets du Premier ministre et de la Ministre des Outre-mer, et souvent imposé, en partie ou en intégralité, aux participants. Les manoeuvres sont souvent plus subtiles, comme sur le point crucial de la composition des corps électoraux pour les élections provinciales et pour le référendum. Depuis 30 ans, l'objectif de l'Etat et des partis non-indépendantistes est de mettre en minorité les Kanaks sur la liste référendaire pour empêcher un résultat favorable à l'indépendance. Les manipulations de la liste électorale sont très nombreuses, pour y ajouter des catégories de personnes qui ne sont pas les premières concernées par l'avenir du territoire colonisé : dernier exemple en date, les personnes nées en Nouvelle-Calédonie mais qui n'y ont établi leur résidence principale que depuis 3 ans.

Personne n'est dupe, non plus, des suites et conséquences de ce processus politique, quel que soit le résultat des référendums. Même en cas de victoire du Oui à l'indépendance, les intérêts français en Nouvelle-Calédonie sont tels que l'Etat cherchera par tous les moyens à empêcher une réelle décolonisation, à vider l'indépendance de son sens, comme il l'a fait dans les anciennes colonies en Afrique en remplaçant la colonisation par la « coopération ».

Diviser, corrompre, manipuler, font partie de l'ADN de la politique coloniale française. Ce sont ces méthodes que l'Etat emploie et emploiera en Kanaky, à l'exemple de ce qui a été fait en Afrique au moment des décolonisations pour mettre en place la Françafrique. La répression militaire et les assassinats ciblés de leaders indépendantistes, que Kanaky a déjà connu dans les années 1980, ont été utilisés de la même façon en Afrique. Les parallèles entre les trajectoires des anciennes colonies africaines et de la Nouvelle-Calédonie sont nombreux.

Une fois que le constat de la domination coloniale de Kanaky Nouvelle-Calédonie est fait, et que nous connaissons les méthodes employées par l'Etat pour la maintenir, la question qui se pose à nous aujourd'hui est : comment pouvons-nous agir pour nous opposer à la colonisation et pour soutenir l'autodétermination du peuple kanak ?

Nous sommes conscients qu'en tant que Français.es, nous vivons dans un Etat colonial qui a exercé et exerce encore sa tutelle sur d'autres pays, et par là un bon nombre d'entre nous retirent des privilèges de cette longue histoire impériale qui a fait la richesse économique de notre pays. Cette histoire coloniale a aussi façonné et construit notre rapport aux peuples colonisés, une posture ascendante qui permet encore très souvent aux anciens colonisateurs d'affirmer et de décider ce qui est bon ou mauvais pour les colonisés. Nous devons aujourd'hui travailler à déconstruire ces rapports de domination, y compris dans les milieux militants. C'est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs, dans nos actions, à ne pas pratiquer ce que l'on reproche à notre propre Etat : l'ingérence. Les débats et les décisions appartiennent au peuple Kanak et océanien. Nous ne prenons pas non plus position quant aux choix faits par les partis indépendantistes, notamment sur la stratégie du processus de décolonisation entamé il y a 30 ans.

Que les règles du jeu politique soient biaisées dès le début, puisque façonnées par l'Etat colonial, c'est une évidence. Mais c'est précisément la raison pour laquelle nous considérons que la façon la plus juste de soutenir l'indépendance de Kanaky en France est de dénoncer et de nous opposer à la politique coloniale française. Il faut déjouer en amont et autant que possible les manœuvres et manipulations de l'Etat. Nous y travaillons par exemple en mettant à disposition du mouvement indépendantiste et de toute personne intéressée un dossier qui résume les connaissances et l'expérience de Survie sur la Françafrique. Ou encore en décryptant et en dénonçant ici en France les différentes obstacles dressés par l'Etat, comme par exemple pour l'accès des Kanaks aux listes électorales.

C'est aussi en construisant un large mouvement de soutien à l'indépendance kanak en France que nous contribuerons à instaurer un rapport de forces qui soit davantage en faveur du peuple colonisé et du mouvement indépendantiste, condition indispensable pour espérer contrer le rouleau compresseur colonial.

1 Dans le cas d'une opposition à l'indépendance lors du 1er référendum, le mouvement indépendantiste était parvenu à négocier la tenue d'un 2e vote puis éventuellement d'un 3e.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl