ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 nov. 2021

« Nous ne pouvons pas séparer leur histoire de la nôtre »

Au premier jour de la trêve hivernale, après 22 jours de grève de la faim à Calais, la médiation n'a toujours pas abouti pour améliorer l'accueil et les conditions de vie des exilés. « Nous ne pouvons pas séparer leur histoire de la nôtre » : cette phrase porte en elle toute l’ambition qui doit motiver nos engagements contre la misère où qu’elle soit.

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une vidéo publiée le 30 octobre par les trois grévistes de la faim à Calais, Philippe Demeestère a dit : « nous ne pouvons pas séparer leur histoire de la nôtre ». Cette phrase porte en elle toute l’ambition qui doit motiver nos engagements contre la misère où qu’elle soit.

Lier son histoire à celles des plus exclus permet de faire avancer toute la société. C’est le sens de ce que nous appelons l’alliance au sein de notre Mouvement ATD Quart Monde. Une alliance entre exclus et non-exclus qui créée une histoire commune, un combat commun pour la dignité.

Pour près de 1500 personnes exilées près de Calais, leur histoire est faite d’expulsions répétées, de violences, d’errance et de droits qui ne sont pas respectés.

Cette histoire s’inscrit dans l’histoire plus vaste de l’accueil des exilés dans notre pays. L’État y joue un rôle prépondérant en notre nom à tous. Personne ne souhaite que ces personnes survivent dans des conditions indignes. Et pourtant, les politiques mises en place sur le terrain ne font que dégrader et tendre la situation. De nombreux observateurs locaux, le Défenseur des droits, la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH), Human Rights Watch, ont largement documenté les violations des droits humains dont sont victimes les exilés.

Face à ce constat implacable, l’État doit sortir du déni et s’engager pleinement dans le respect des droits conformément à ses engagements internationaux et aux valeurs qui fondent notre société.

Au premier jour de la trêve hivernale, après 22 jours de grève de la faim, la médiation mise en place n’a toujours pas abouti malgré des revendications pourtant claires et légitimes dans un État de droits comme le nôtre : stop aux expulsions pendant la trêve hivernale, stop au racket des affaires des exilés et ouverture du dialogue entre les autorités et les associations non-mandatées.

Pire encore, l’État n’envoie aucun signal d’apaisement en continuant les expulsions aujourd’hui même comme le souligne les trois grévistes.

Message posté par Faim aux frontières le 1er novembre 2021 © Faim aux frontières

Si « nous ne pouvons pas séparer leur histoire de la nôtre », si le mot fraternité n’est pas un vain mot de notre devise républicaine, alors continuons à nous mobiliser.

Signez la pétition : http://t.co/6ZpcUSE0NU

Marie-Aleth Grard, présidente d'ATD Quart Monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA