ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2020

Les plus pauvres sacrifiés dans le plan de relance

Les personnes en situation de pauvreté sont celles qui bénéficieront le moins des mesures du plan de relance présenté aujourd'hui par le gouvernement.

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais où est passée l’ambition qu'à la crise du Covid 19 succède un « monde d'après », plus juste socialement et plus respectueux des équilibres naturels ? Alors que le gros de la crise économique et sociale est encore à venir et que les personnes en situation de pauvreté et de précarité sont déjà durement impactées, elles restent celles qui bénéficieront le moins des mesures du plan de relance présenté aujourd'hui par le gouvernement.

Le « soutien aux personnes précaires » ne représente que 800 millions d’euros, comprenant surtout la hausse de l’allocation de rentrée scolaire et le repas à 1 euro en resto universitaire (qui ne concerne que très peu de jeunes en situation de grande pauvreté). Alors que la paupérisation des 15-30 ans ne cesse d’augmenter, le plan de relance ne comporte aucune mesure qui garantisse un emploi et un revenu décents aux jeunes les plus exclus. La Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté annoncée en 2018 semble bel et bien oubliée.

« Quand Notre Dame a brûlé, dit une femme en grande précarité, on a trouvé de l’argent en un week-end. Quand une compagnie d’avion est en difficulté, on trouve de l’argent. » Quand des millions de personnes sont en manque d'emplois, de logements et de revenus décents, pourquoi n'y parvient-on pas ? On sait pourtant qu'en plus de redonner une place et et de permettre à chacun d’exercer sa dignité, les mesures de justice économique et sociale bénéficient par ricochet à toute la société.

Au contraire, alors qu'il faudrait d'abord soutenir les populations les plus précarisées, la transition écologique, le logement et l'emploi, l’essentiel des 100 milliards d’euros du plan de relance bénéficiera directement aux entreprises, sans contreparties écologiques ni de créations d'emplois, sous forme de réductions d'impôts et d'aide à la compétitivité. 100 milliards qui s'ajoutent aux 150 milliards de subventions diverses qu'elles perçoivent déjà chaque année.

Il y a aujourd'hui en France plus de 10 Millions de personnes sous le seuil de pauvreté, alors que la richesse de notre pays a augmenté de plus de 10 % depuis 2008. Les mesures budgétaires votées en 2018 et 2019 ont abaissé de 1 % le pouvoir d’achat des 9% les plus pauvres et ont augmenté de 6 % celui des 1% les plus riches.

Nul doute que ce plan de relance, qui n'a pas été réfléchi avec la société civile et les acteurs de terrain dont on a pourtant mesuré le rôle vital pendant la période de confinement, va encore amplifier ces inégalités. Nous demandons que son impact soit évalué à l'aune des 10 % les plus défavorisés de la population, comme devrait d'ailleurs l'être dorénavant toutes les lois soumises aux études d'impact.

C'est avec des politiques publiques pensées, mises en œuvre et évaluées avec tous, et avec des mesures qui s’inscrivent autant dans une approche globale des droits que dans une stratégie de transformations sociales et environnementales que la pauvreté pourra être éradiquée.
Marie-Aleth Grard, Présidente d'ATD Quart Monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk