ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2020

S'engager contre la pauvreté: le témoignage de Priscillia

Priscillia fait partie des nombreux jeunes qui ont l'expérience de la pauvreté et s'engagent avec ATD Quart Monde pour la combattre. En ce début 2020, nous dédions son témoignage à tous celles et ceux qui veulent s'engager pour construire une société plus juste, non seulement pour celles et ceux qui en sont exclus, mais aussi et surtout avec eux.

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Pour moi, être militante, c’est combattre pour une cause qui me paraît importante et juste dans ma vie. Cette cause, c’est combattre la pauvreté, comme c’est quelque chose que je vis et que je veux combattre pour pas que ma fille vive ce que j’ai vécu.

Ma mère, je la voyais jamais avec le sourire, toujours forte, mais triste par rapport à tout le quotidien. Alors que quand je la voyais rentrer d’ATD Quart Monde, elle avait le sourire, je me disais que c’était quelque chose de bien. Depuis bébé, je venais aux journées familiales et aux soirées de Noël. Ça m’a donné envie de découvrir par moi-même, donc j’ai demandé à Martine (1) si je pouvais commencer à faire les préparations de l’Université populaire Quart Monde. [...]. Ça m’apporte tellement dans ma vie, c’est important pour moi le Mouvement ATD Quart Monde, même si je ne sais pas très bien expliquer pourquoi. En plus, ça me permettait de passer du temps avec ma mère car, au quotidien, elle était tellement prise par les soucis qu’on n’était pas ensemble.

Quand j’étais plus jeune je venais, parce que je sentais que ça me faisait du bien, mais je ne le disais à personne dans ma vie de tous les jours car j’avais honte de mon milieu et je ne voulais pas que les autres sachent que j’étais pauvre.

Par exemple, à l’école, je faisais tout pour ne pas paraître différente. Je préférais être dans le camp de cancres plutôt que d’être vue comme une pauvre, je préférais ne jamais faire mes devoirs que de ne les faire que quand j’avais de l’électricité car les professeurs auraient pu avoir des doutes.

Mais en grandissant et aussi en faisant des interventions, des séminaires, les co-formations (2), cela m’a permis d’accepter qui j’étais et d’où je venais ; maintenant, c’est ma force au quotidien.

C’est un chemin qui prend plus ou moins de temps ; au début je venais, mais j’écoutais. Et au fur et à mesure, j’ai commencé à prendre la parole, j’ai compris que même si j’étais jeune, j’avais le droit de m’exprimer et j’étais écoutée et prise en considération, alors que je n’avais jamais senti ça dans la société.

Un autre événement important dans mon engagement c’est que j’ai eu le privilège de partir dans l’Océan indien pour une rencontre du Mouvement ; je suis allée à Madagascar et j’ai découvert la pauvreté dans le monde entier. Je le savais, mais le fait de l’avoir vu et d’avoir pu parler avec d’autres militants, j’ai eu une prise de conscience. Maintenant, je veux changer mon quotidien, mais changer aussi le quotidien des personnes du milieu de la pauvreté dans le monde entier.

M’engager dans le Mouvement, c’est déjà un acte fort pour moi et plus on sera nombreux plus on arrivera à faire bouger les choses. C’est un acte fort, car la pauvreté s’est tellement ancrée en moi, dans ma vie, que dès que des personnes parlent de leur vie difficile, ça me fait écho, ça rejoint ma vie et ça me met en colère contre toutes les injustices. Ça me donne envie de me battre. Maintenant, je prends la parole plus facilement, j’ose plus m’exprimer devant les professionnels et dire ce que je pense. Je dis quand je ne comprends pas quelque chose, alors qu’avant je ne disais rien. Moi, pour l’instant, il me reste beaucoup de parcours car dans mon quotidien qui est difficile, je suis sur un chemin, et dans le Mouvement ATD Quart Monde j’avance, mais sur un autre chemin, et pour l’instant je n’ai toujours pas réussi à les croiser. Je me sens utile et je me dis que si on était plus nombreux, les choses pourraient évoluer plus vite. Je me sens fière et j’assume qui je suis et de faire partie du milieu de la pauvreté. Ce qui est dur, c’est de voir que, malgré tout ce qu’on fait, on reste le sous-peuple, pas reconnu, pas considéré dans la société. Ce qui me donne de la force, c’est ma fille, car je veux que ça évolue, je ne veux pas qu’elle vive les mêmes choses que moi. Le fait d’être un Mouvement international donne de la force, car la cause est portée par d’autres à travers le monde et avec le Mouvement on n’est plus isolés, on est unis tous ensemble."

Priscillia Leprince, 24 ans (propos recueillis par Maggy Tournaille, volontaire permanente d'ATD Quart Monde, et publiés dans le numéro 252 de la revue trimestrielle Quart Monde "Franchir le seuil du militantisme").

Notes

(1) : Volontaire permanente d'ATD Quart Monde.
(2) : Formations mises en œuvre selon le Croisement des savoirs et des pratiques © avec des personnes ayant l'expérience de la pauvreté et des professionnels, des élus, etc., afin de faire évoluer les regards, les comportements et les pratiques de chacun.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN