ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2021

Nous soutenons les grévistes de la faim à Calais

ATD Quart Monde soutient la grève de la faim initiée le 11 octobre à Calais par Anaïs Vogel, Ludovic Holbein et Philippe Demeestère pour dénoncer les « conditions de survie déplorables des migrants » et le « harcèlement » dont ils sont victimes.

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Stop aux expulsions pendant la trêve hivernale, stop au racket des affaires des exilés, ouverture du dialogue entre les autorités et les associations non-mandatées ». Les trois revendications affichées dans une église du centre ville sont claires.

Cette courageuse grève de la faim est une illustration d’une situation qui continue à se dégrader à Calais et ailleurs. Il y a une semaine nous dénoncions dans une tribune sur le site Libération la politique du bulldozer qui sévit à l’égard des familles vivant dans les bidonvilles, et autres terrains où lieux de vie informels où elles se réfugient faute de logement.

Combien de tribunes, de grèves de la faim et autres actions coup de poing faudra-t-il pour que l’on remette la dignité et le respect des droits au centre de nos politiques publiques concernant les exilés ? Notre pays est signataire de nombreux textes internationaux engageant notre responsabilité collective à l’égard de celles et ceux qui fuient la misère et les violations des droits humains dans leur pays. Nos textes nationaux, socles de notre démocratie, nous engagent également à un respect des droits humains et de la dignité de tous et toutes. Au-delà des textes, il y a la considération que notre société doit avoir pour ces hommes, ces femmes et ces enfants qui ne demandent qu’à vivre en paix.

Est-ce la paix que nous leur apportons quand leurs tentes sont lacérées ? Est-ce la paix quand on leur confisque leurs biens ? Est-ce la paix quand les expulsions deviennent routinières ? Est-ce la paix quand on cherche à invisibiliser toutes ces personnes ?

Nous ne comprenons que trop bien l’indignation que portent Anaïs, Ludovic, Philippe et toutes celles et ceux qui les soutiennent. A la veille de la Journée mondiale du refus de misère qui a un sens tout particulier à nos yeux, on ne peut que saluer l’engagement et la détermination des citoyens qui refusent que l’indignité s’installe dans notre pays.

Marie-Aleth Grard, présidente d'ATD Quart Monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B