ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2017

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Le temps de retrouver les mots

La lutte contre la misère et l'exclusion se joue aussi (et d'abord?) sur le terrain des mots. Les mots qui désignent les personnes et peuvent soit les valoriser, soit les dégrader. Mais aussi les mots qui servent simplement à communiquer. Lorsqu'on en a perdu l'usage suite à une expérience d'exclusion, c'est comme un nouveau langage à réapprendre. Et pour les "inclus" aussi !

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, j'étais présent avec d'autres membres d'ATD Quart Monde aux 30 ans de la Confédération paysanne, à Alloue en Charente. Un beau rassemblement qui n'a duré qu'un week-end et aurait pu se prolonger davantage !

Parmi les nombreux visiteurs de notre stand, une travailleuse sociale s'est approchée à un moment avec les yeux remplis de curiosité et d'intérêt. Elle en est repartie avec notre livre sur le croisement des savoirs, après une bonne discussion sur la participation des "usagers" aux actions mises en oeuvre à leur intention.
Elle ne conçoit pas d'agir avec des personnes en précarité sans les associer pleinement à la réflexion et à l'action. "Or ce n'est pas vraiment ce que nous, les travailleurs sociaux, faisons." Parce que, même s'ils en ont la volonté, les moyens qui sont à leur disposition sont trop limités. Car il ne suffit pas d'asseoir des personnes autour d'une table pour qu'elles s'expriment librement. Associer l'autre, lui permettre de retrouver les mots, de participer, tout cela nécessite de créer des relations de confiance. Çà demande du temps, un temps dont notre société est de plus en plus avare.

Cela demande à chacun un sacré temps de sortir du sillon dans lequel son histoire personnelle ou des circonstances l'ont déposé. C'est ce que ne cessent de dire des personnes qui ont connu la grande précarité et se sont engagées dans le Mouvement ATD Quart Monde. "Je me suis engagée petit à petit dans l’université populaire Quart Monde de Bretagne. Ça n’a pas été tout de suite. Je me suis posé la question pendant plusieurs années", explique Catherine Legeais, une militante d'ATD Quart Monde en Ille-et-Vilaine. Mais sa ténacité et cet engagement l'ont "sauvée".
Elle poursuit : "un travailleur social m’a demandé un jour : "Vous avez changé, Mme Legeais. Pourquoi ?". Je suis parvenue à dominer ma peur quand je rencontre des travailleurs sociaux, des avocats, des médecins… Le fait d’être dans le Mouvement m’a permis, quand j’essuyais un refus, d’en parler avec d’autres, de me réconforter... Il m’arrive d’aller voir les travailleurs sociaux sans pour autant demander une aide financière, mais pour demander une explication. Quelquefois, ce n’est pas une aide financière dont on a besoin, c’est d’une écoute."

Vône Lancelot, elle aussi membre active d'ATD Quart Monde, raconte à sa manière le temps qui lui a été nécessaire pour reconstruire en profondeur ce qui avait été détruit chez elle : sa confiance dans l'école : "Cela a pris beaucoup de mois. À chaque fois que j’allais déposer mes enfants, j’avais un peu plus de plaisir à y aller. J’ai l’impression qu’avant, personne ne me voyait. Alors, quand quelqu’un a su poser son regard sur moi et me parler, je me suis dit : "C’est bon, je ne suis pas toute seule."... Si je suis ce que je suis devenue, c’est parce qu’il y a eu des êtres humains qui ont fait en sorte que je n’aie plus honte de moi."

Quand on a vécu ça, on sait que c'est possible, et comment c'est possible. On est bien placé pour permettre à d'autres de faire cette expérience. "Il faudrait que d’autres parents vivent la même chose que moi, poursuit Vône Lancelot. Certains parents qui vivent ici ne vont pas de l’avant. Si on ne va pas les chercher chez eux, leur relation à l’école ne changera pas. J’ai aujourd’hui des armes pour pouvoir avancer. Mes armes, c’est surtout de ne pas montrer du doigt le parent qui vit la même chose que ce que j’ai vécu, c’est d’installer une relation de confiance."

Quel travailleur social, quel professionnel, quelle institution, quelle personne a la patience et les moyens (et la créativité et l'énergie, car il ne s'agit pas non plus de rester inactif à espérer que les choses se fassent toutes seules) de faire jaillir et d'entendre les mots justes et d'attendre que la confiance renaisse ? C'est un travail exigeant, invisible et lent, mais qui produit des résultats solides et puissants, ne serait-ce que parce que ceux qui en bénéficient veulent et peuvent à nouveau en faire bénéficier d'autres.

ATD Quart Monde rencontre régulièrement des travailleurs sociaux comme cette femme croisée à Alloue, qui ont conscience de "la nécessité de prendre le temps et d’apprendre à écouter les familles, malgré l’étiquette qui leur est parfois attribuée d’une incapacité à analyser" et qui souffrent de ne pas avoir suffisamment de moyens pour le faire. Certains ont la chance de participer à des co-formations reposant sur la démarche du "croisement des savoirs et des pratiques".

Échos d'une co-formation "Précarité et santé" © ATD Quart Monde

Au sein du Haut conseil du travail social dont il est membre, ATD Quart Monde pousse des propositions visant à faire participer les personnes en précarité à la formation des travailleurs sociaux et à donner à tous, à travers en particulier le travail social collectif, le temps et les moyens nécessaires à la participation des citoyens les plus en difficulté.

jean-christophe.sarrot@atd-quartmonde.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan