ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2017

Pauvreté : au secours le cinéma !

Faire reculer la pauvreté passe par un changement du regard que nous portons sur les personnes aux prises avec la précarité et l'exclusion. Le cinéma, l'émotion, le rire, l'imaginaire sont de puissants outils pour cela. Or le cinéma - comme la société - méconnaît et ignore largement ce que ces personnes vivent.

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La représentation que la moyenne des Français ont des personnes en précarité n'est pas très positive. Le plus souvent, ils voient en elles des personnes écrasées par la pauvreté, incapables de s'en sortir, sinon responsables de leur situation. Bref, pas des gens que l'on va spontanément rejoindre, côtoyer, écouter et soutenir.

Or la réalité est différente. Pour la grande majorité d'entre elles, les personnes confrontées à la pauvreté font tout ce qu'elles peuvent pour en sortir, mais leurs efforts se heurtent à des murs plus hauts que pour le reste de la société, principalement à cause des discriminations dont elles sont victimes.

"Qui aime vivre en étant traité d'assisté, de cas social ? Qui souhaite connaître la honte de pousser la porte d'un service social ou d'une association caritative pour une aide, quand on doit nourrir ses enfants ?", écrit Marie-France Zimmer, qui a participé à la rédaction du livre En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté avec ATD Quart Monde.
Pour changer de regard sur les personnes en précarité, rien de tel que ce petit livre qui démonte un à un 117 discours simplistes qui les visent.
Rien de tel, surtout, que la vraie rencontre entre milieux différents, autour de projets transformateurs des personnes et de la société.
L'expérience quotidienne d'ATD Quart Monde et d'autres le confirme, tout comme un sondage de 2015 au Québec : plus une personne a des relations avec d'autres confrontées à la pauvreté, plus son attitude à leur égard est positive.

Que peut faire le cinéma dans tout cela ? Proposer au spectateur des histoires de personnes en précarité qui respectent leur dignité et font comprendre ce qu'elles vivent, en usant de toutes les nuances du 7e art : l'émotion, la poésie, le rire, le mystère, l'imaginaire, etc. Des histoires qui montrent les efforts qu'elles font pour s'en sortir et les obstacles qu'elles rencontrent plus fréquemment que les autres.

Quelques rares films ont ce propos, comme par exemple les trois présentés en extraits durant le débat filmé ci-dessous, que nous vous laissons le soin de découvrir dans la vidéo. On peut citer aussi Le Saint de Manhattan, Le cheval venu de la mer, Rosetta, Joseph l'insoumis, Dancing nuage, Moi, Daniel Blake et d'autres films de Ken Loach...

Mais malheureusement, à part ces quelques exceptions, le cinéma en général s'intéresse peu aux personnes en précarité. La vidéo en bas de cet article explique bien pourquoi.
Quand il s'y intéresse, c'est souvent à travers des clichés qui correspondent aux idées reçues du public (le clochard, l'immigré, le Rom...), avec des raccourcis et parfois des caricatures qui ne font pas avancer la compréhension de ce que ces personnes vivent vraiment.

Mesurant qu'il y a là un continent encore largement inexploré, le Mouvement ATD Quart Monde a lancé en 2015 le Prix annuel du film "La misère sans clichés", afin d'encourager le cinéma à mettre en scène des personnages en grande précarité, sans pathos ni misérabilisme.
Le principe : quatre films pré-sélectionnés sont visionnés chaque année par un jury réparti en groupes à travers la France, composés pour la moitié au moins de personnes en précarité. En 2015, le jury présidé par Cyprien Vial, a récompensé le film Spartacus et Cassandra. En 2016, le jury présidé par Marianne Tardieu a élu le film Hector.

ATD Quart Monde propose également à des réalisateurs/trices de mettre leur talent au service de la déconstruction d'idées fausses et de préjugés qui visent les personnes en précarité, à l'aide de courts-métrages de fiction de moins de 5 minutes.
Costa Gavras, Xavier Beauvois, Charles Berling, Lou Bohringer, Abd Al Malick, Valérie Mréjen, Marianne Tardieu, Cyprien Vial ont accepté de participer à ce projet qui est en cours de réalisation.
Vous êtes professionnel du cinéma et souhaitez y participer ou nous soutenir ? Soutenez-nous !

jean-christophe.sarrot@atd-quartmonde.org

Table-ronde "cinéma et pauvreté" organisée le 11 juin 2016 au cinéma Le Méliès à Montreuil © ATD Quart Monde

Et n'oubliez pas...

Tous à la République à Paris les 14 et 15 octobre 2017 !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato