ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juin 2018

La France, bientôt un pays de (travailleurs) pauvres ?

Sachant que, selon la DARES, moins de 9 salariés sur 10 sont en CDI sur les 26 millions de personnes en emploi en France et que 9 embauches sur 10 se font en CDD, combien d'années faudra t-il à notre pays pour devenir un pays de CDD - dont, actuellement, 30% ne durent qu'une journée ?

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faudra un certain temps. En réalité, ce danger n'est pas pour demain, mais pour après-demain.
Car c'est comme s'il y avait deux "bassins" pour l'emploi en France : un grand bain où les gens sont en CDI et y restent de nombreuses années, et un petit bain, celui des CDD, qui ne communique pas avec le premier, où les personnes ne restent que quelques jours ou semaines. 90% des entrées se produisent dans ce petit bain, les sorties compensant en gros les entrées.
C'est ce qu'on appelle la bipolarisation du marché du travail : soit vous êtes en CDI pour un bout de temps ; soit vous ne l'êtes pas, et vous risquez fort de n'aller que de CDD en CDD. À chacun son bain.

Si le risque n'est pas que tout le monde se retrouve en CDD demain, cette bipolarisation présente tout de même une dimension insupportable et insoutenable : 9 travailleurs sur 10 qui n'ont pas de CDI ne peuvent espérer y accéder ; ils sont cantonnés aux CDD, emplois précaires qui, pour 2 à 3 millions d'entre eux actuellement, ne permettent guère de dépasser le seuil de pauvreté.

Les politiques publiques actuelles semblent incapables de corriger ce phénomène. Elles n'en parlent pas. Elles s’accommodent de ce modèle d'emploi "de crise" et apprennent à vivre avec, même si elles savent que cela risque de leur coûter la non-reconduction de l'équipe au pouvoir, comme cela a été le cas pour François Hollande.

Elles parlent d' "emploi", sans distinguer le décent du précaire, sans dire que plus du second, ce n'est pas plus de salut, mais plus de pauvreté et d'insécurité face à l'avenir, comme en Allemagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis, etc.
Elles mettent en avant des mécanismes économiques (désindustrialisation, mondialisation, financiarisation, robotisation...) auxquels elles semblent se résigner.
Elles lancent des mesures qui ne soigneront pas le mal-emploi : réduction des emplois aidés, renforcement du contrôle des chômeurs (visionnez ici la discussion du 16 juin 2018, sur les articles 35 et 36 du projet de loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel" - jusqu'à la fin, qui résume bien la qualité d'ouverture du gouvernement aux amendements déposés) pour qu'ils acceptent davantage d'emplois précaires, réduction des services publics, baisse de la fiscalité sur les plus riches et sur les grandes entreprises...

Pourtant, les politiques publiques pourraient s'attaquer à la pénurie de CDI en soutenant la création d'emplois utiles, décents, à temps choisi, non délocalisables - et ce ne sont pas que ces emplois marchands, privés, lucratifs et profitables dont on nous rabat les oreilles.

Depuis plusieurs années, des emplois utiles et décents se créent à petite échelle partout en France : par Solidarités Nouvelles face au Chômage depuis 1985, dans des entreprises de l'économie sociale et solidaire, dans des éco-lieux, sur les "territoires zéro chômeur de longue durée" initiés par ATD Quart Monde, etc. Leur particularité est de répondre aux besoins de territoires et des humains qui les habitent, et non pas de "marchés" hors-sols et hors-valeurs. Ces activités de l'économie sociale et solidaire sont également plus denses en emploi que les grandes entreprises, car pour un même montant de chiffre d'affaires, elles génèrent le plus souvent deux à trois fois plus d'emplois, sinon davantage.

Notre gouvernement peut agir contre la bipolarisation de l'emploi en lançant une grande évaluation de ces emplois utiles et décents, en identifiant les conditions de leur réussite et en soutenant leur extension.
Ces emplois ne sont pas des sous-emplois. Ce sont en général des CDI à temps choisi, ou des emplois non-salariés, mais qui ont du sens, tissent des liens et créent des richesses de toutes sortes.

30 000 personnes visitaient les 14 et 15 octobre 2017 le "Village des initiatives" monté par ATD Quart Monde place de la République à Paris afin de montrer des initiatives qui réussissent contre le chômage, le mal-logement, l'échec scolaire, etc.

jean-christophe.sarrot@atd-quartmonde.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse