La pauvreté, c'est une vie plus chère et plus compliquée

En août, une militante d'ATD Quart Monde m'expliquait de sa voix calme : "Je passe des jours et des jours à calculer comment je peux m'en sortir avec le RSA." Depuis des années, les familles aux plus faibles ressources voient la part de leur budget consacrée aux dépenses contraintes progresser plus rapidement que pour les classes plus aisées.

En août dernier, une militante bénévole d'ATD Quart Monde m'expliquait de sa voix calme : "les gens croient qu'on a le temps parce qu'on ne travaille pas. Je passe des jours et des jours à calculer comment je peux m'en sortir avec le RSA."

Depuis des années, les familles aux plus faibles ressources voient  la part de leur budget consacrée aux dépenses contraintes augmenter de façon insupportable, invisible et plus rapide que pour les classes plus aisées.
Les "dépenses contraintes" sont celles qu'on n'a pas trop le choix d'éviter, sauf à se marginaliser totalement : loyer, téléphone, gaz, électricité, assurances, transports... Leur part a plus que doublé entre 1979 et 2011 dans le budget des 10% de ménages les plus modestes, passant en moyenne de 23% à 52%(1) - et de 20% à environ 30% pour les 10% les plus favorisés. On imagine bien que cette part a continué de grandir depuis.
À la lecture annuelle du rapport du
Secours Catholique-Caritas France, on mesure combien, pour les familles les moins favorisées, les budgets habillement, vie sociale-culture-loisirs-vacances, santé-hygiène-beauté, équipement, transport, et en partie alimentation sont de plus en plus sacrifiés d'année en année(2). Superflues, ces dépenses ? Non ! Tout aussi vitales que pour chacun de nous !

Cette part des dépenses contraintes croît plus rapidement chez les plus faibles revenus pour au moins deux raisons :
- ces familles consomment des biens et services dont le coût augmente plus vite que la moyenne
(3), en particulier les loyers - augmentation que la progression annuelle des minimas sociaux et des aides est loin de compenser,
- ces familles n'ont accès, pour de nombreux biens et services, qu'à des coûts à l'unité plus élevés que pour les familles plus favorisées.

Cette seconde raison : le surcoût imposé aux familles en situation précaire qui paient le logement, l'alimentation, le téléphone, le crédit, etc. à un prix supérieur à celui que paient les autres familles, est souvent qualifiée de phénomène de « double peine ». Il génère en moyenne un surcoût de 500 € par famille, soit 6 à 8% de ses revenus, pour un total d'environ 2 milliards par an(4).

Les budgets des personnes les plus précaires se caractérisent, outre leur faible montant, par le poids croissant des dépenses obligées... et aussi par leur relative imprévisibilité. Une erreur de déclaration de ressources, un changement dans les règlements administratifs ou les aides sociales, et c'est la diminution ou l'interruption du versement d'une allocation, de manière imprévue et parfois abusive. Pour preuves ces dysfonctionnements de l'Allocation Adulte Handicapé ou les erreurs dénoncées dans le récent rapport du Défenseur des Droits.

Quand on est habitué à faire valoir ses droits, quand on est bien informé, bien conseillé, bien entouré, on peut anticiper, se retourner, rebondir, négocier. Quand on est en situation précaire, isolé, on a moins de ressorts.

Rendre le quotidien et l'avenir de plus en plus incertains et imprévisibles, est-ce le nouvel outil de domination des puissants sur le reste de la population ? Cela a en tout cas des effets profonds en termes de stress permanent qui affecte la vie de millions d'adultes, de jeunes et d'enfants.

Et ne croyons pas que "les pauvres raffolent des aides".

couv-idees-fausses-2017-200
Je pense à ce militant d'ATD Quart Monde qui dit : "Si peu d'argent qu'on peut gagner par le travail, ça nous change la vie, c'est autre chose que d'avoir de l'argent gratuitement, parce qu'on a tellement été rejeté par la société. Quand on nous donne des aides, on nous les reproche."
Dans un petit livre très bien fait ;-) ATD Quart Monde décortique 117 idées reçues sur les personnes en précarité, dont celle-ci.

jean-christophe.sarrot@atd-quartmonde.org

(1) P. Savidan, Voulons-nous vraiment l'égalité ? Paris, Albin Michel, 2015, p. 177. Pour les personnes dans la plus grande précarité, cette part est encore plus importante. Voir le rapport "Pour une mise en œuvre du droit à des moyens convenables d’existence", CNLE, 2012, page 41.
(2) Voir aussi M. Moisy, « État de santé et renoncement aux soins des bénéficiaires du RSA », DREES, Études et Résultats, n° 882, 2014.
(3) Pour le Royaume-uni, voir les travaux sur le « minimum income standard » de la Fondation Rowntree. En France, dans son étude de 2014 "Budgets de référence ONPES", l'Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale propose de "prévoir l’actualisation des budgets de référence selon la même démarche que les chercheurs britanniques" (page 154). Mais ces travaux se font encore attendre.
(4) Voir F. Dalsace, C.-É. Vincent et alii, « Les pénalités de pauvreté en France : comment le marché aggrave la situation des plus pauvres », 2012 ; M. Hirsch, Cela revient cher d'être pauvre, Paris, Stock, 2013.

"Les pauvres ne savent pas gérer" : vrai ou faux ? © ATD Quart Monde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.