Pourquoi les visites médiatisées d'enfants placés doivent reprendre très vite en vrai

Voici quelques moments imaginaires(1), mais vécus chaque semaine avant le confinement par de nombreux parents dont les enfants sont placés en famille d'accueil, d'une rencontre médiatisée "en vrai" entre une mère et son jeune enfant placé. Moments vitaux pour toute relation parentale. Mais sont-ils encore possibles à distance ?

La situation décrit une rencontre médiatisée - c'est-à-dire en présence d'un tiers mandaté par le juge des enfants - entre sa maman et Tex(2), deux ans, placé depuis un an en famille d'accueil car son père naturel a de grosses difficultés qui le conduisent à être parfois violent avec d'autres (jamais avec Tex ou avec sa maman, qu'il fréquente plus ou moins régulièrement, mais suffisamment avec d'autres pour que cela représente un danger pour l'enfant aux yeux du juge pour enfants).

1. Quand Tex, deux ans, aperçut sa maman assise sur un banc du parc, il s'élança et se jeta dans ses bras. Pour Cathy, la maman, ce geste seul suffisait à montrer l'importance de leur amour mutuel. Ce que Tex ne pouvait exprimer facilement avec des mots, il le disait avec son corps tout entier.

2. Cathy fit un sourire à Tiffany, la TISF(3) qui accompagnait chaque semaine ces visites médiatisées, et regagna son banc, Tex toujours serré dans ses bras. Ils restèrent ainsi collés l'un à l'autre en silence deux ou trois minutes. Tiffany s'assit sur un autre banc, pour leur laisser ces 40 minutes de visite médiatisée le plus possible à eux deux.

3. L'attention de Tex se porta ailleurs. Il se retourna, toujours assis sur les genoux de sa maman, et inspecta les alentours. Il aperçut une colonne de fourmis qui creusaient une petite galerie dans le bac à sa sable. Cathy suivit le regard de son fils.

4. Elle savait bien que les insectes le fascinaient. Ils observèrent le travail des fourmis sans les déranger. Puis elle lui proposa qu'ils creusent une petite galerie. Elle fit un pâté de sable et ils se mirent à l'ouvrage avec leurs doigts et une brindille. De temps en temps, ils faisaient une pause pour observer les fourmis à côté, et Cathy faisait répéter à Tex le mot "fourmi".
La galerie creusée, ils s'applaudirent, attirant l'attention de Tiffany qui applaudit avec eux.

5. Tex demanda à goûter. Cathy leva les yeux au ciel en disant : "J'ai oublié le goûter !". Tex éclata de rire. C'était une blague habituelle entre eux. Il commença à chercher dans le sac de sa mère, les poches de son manteau, derrière le banc... Après quelques minutes de cache-cache, Cathy lui montra sa poche de sweet et il en ressortit victorieux un pain au chocolat.

6. Ils passèrent les 20 dernières minutes à jouer dans le sable avec un autre petit garçon dont la maman échangea quelques mots avec Cathy. Elle était heureuse de voir son fils avec un autre enfant, et elle savait que c'était important aussi pour lui de voir sa maman communiquer avec d'autres mamans.

7. La catastrophe arriva cinq minutes avant l'heure de la séparation. La galerie s'écroula. Tex n'avait cessé de la surveiller et il éclata en sanglots. Elle le serra contre elle et essuya ses larmes. Avec l'aide de Fanny, ils recréèrent rapidement une autre autre galerie, encore plus grande que la première. Cathy proposa à Tex de placer une fourmi à l'entrée, et à l'aide d'une brindille il la guida avec plus ou moins de délicatesse vers la sortie.

8. Avant de se faire un dernier câlin pour la semaine, Cathy lui désigna une fourmi en lui demandant : "C'est quoi ?". Tex fit un effort de concentration. Plusieurs fois dans sa tête, pendant la construction de la galerie, il s'était répété ce mot. Il lâcha facilement : "Foumi". Cathy le félicita et lui remis une nouvelle petite peluche qu'elle venait d'acheter pour lui. Ça lui permettrait de penser à elle cette semaine.

merefils
_________________

Maintenant, petit exercice. Imaginez que vous êtes Cathy. Oubliez le parc. Vous ne pouvez parler à votre Tex de deux ans que 40 minutes par semaine et, confinement covid 19 oblige, uniquement par une messagerie vidéo.

Lequel de ces moments pourriez-vous vivre à distance en visio avec lui (rappelez-vous qu'il n'a que deux ans et ne verbalise pas bien) ?

Peu de moments... Aucun ?

Depuis le début du confinement, d'après les informations qui parviennent à ATD Quart Monde, c'est effectivement le lot de nombreux parents qui ont un jeune enfant placé, même plus âgé que Tex. Résultat : ils ont l'impression que leur enfant s'éloigne d'eux de semaine en semaine.

De leur côté, les enfants comprennent difficilement cette distance physique imposée avec leurs parents (et pas avec leur famille d'accueil). Ils sont de plus en plus nerveux, de moins en moins concentrés et ces moments de visio-discussions se déroulent souvent mal.
La question n'est pas seulement de pouvoir "faire des choses" avec eux pendant la visite médiatisée, elle est que beaucoup de canaux de communication entre un Tex et sa maman passent par les regards, les silences, les câlins, les pains au chocolat, les peluches, les choses qu'on fabrique et qu'on refabrique ensemble, ..., tout ce que la visio-discussion ne peut transmettre à un jeune enfant.

La dernière visio-discussion qu'a eu une maman avec son "Tex" a duré 3 mn 47.
3 mn 47 de communication plus ou moins réussie pour une semaine de séparation, c'est pas beaucoup. Comment conserver dans ces conditions la qualité de la relation parentale ?

Il est urgent de rendre à nouveau possibles les visites médiatisées des enfants placés avec leurs parents. Les gardes alternées d'enfants sont possibles dans le cas de parents divorcés. Pourquoi les pouvoirs publics ne donnent-ils pas des consignes très vite pour que les visites médiatisées reprennent "en vrai" entre les enfants placés et leurs parents ?

À lire aussi :

 Document "Confinement et droits des parents et des enfants placés", ATD Quart Monde, 20 mars 2020 (pdf, 56.0 kB)

Lettre de l'Observatoire de la CNCDH - 15 avril 2020 (pdf, 143.1 kB)

Notes :

(1) : Et peut-être un peu sublimés - c'est le privilège de la fiction !
(2) : Les personnages sont inventés.
(3) : Technicienne d'intervention sociale et familiale.

SUITE AUX DEMANDES DE LA CNCDH, D'ATD QUART MONDE ET D'AUTRES ORGANISATIONS, LES VISITES MÉDIATISÉES SONT RÉTABLIES À PARTIR DU 27 AVRIL 2020 !!! VOIR CE DOCUMENT  (pdf, 447.6 kB) laughinglaughinglaughing (téléchargeable sur https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/amenagement-droit-visite-etablissement-accueil-familial-covid-19.pdf)

Les embrassades sont encore interdites et les contacts physiques doivent être limités au maximum. Il va falloir trouver des petits jeux et des stratagèmes pour faire comprendre cela aux très jeunes enfants et les faire patienter jusqu'au déconfinement...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.