Ateliers travail et démocratie
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2021

Ateliers travail et démocratie
Abonné·e de Mediapart

Quand des aides à domicile reprennent leur travail en main

La souffrance au travail, omniprésente aujourd'hui, n'est pas une fatalité. Même chez les aides à domicile, profession très peu syndiquée, des initiatives syndicales peuvent transformer la souffrance en parole, et la parole en action collective. À condition de creuser l'énigme du travail réel. Ce récit en prélude à la journée « Ne lâchons pas le travail » du 15 janvier.

Ateliers travail et démocratie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parler de son travail, c'est commencer à agir ! C'est ce que nous vous invitons à faire le 15 janvier prochain lors de l'assemblée "Ne lâchons pas le travail" à Paris (renseignements ici). Pour préparer cette journée, nous publions à partir d'aujourd'hui des récits et expériences qui ouvrent le champ des possibles. Ce récit a été rédigé par Isabelle Bourboulon avec l'aide d'Yves Bongiorno.

Il y a quelques années, la CGT a entrepris de construire de nouvelles approches du travail et de nouveaux savoirs par la mise en commun de connaissances entre chercheurs (médecins, ergonomes, cliniciens) et syndicalistes.

À cet effet, elle a créé une structure dédiée, intitulée « Travail et émancipation », et entrepris de réaliser une série de recherches-actions. L’une, conduite auprès des salarié.es du groupe Renault entre 2008 et 2010, a fait l’objet d’un compte-rendu très détaillé1.

Celle qui a été menée avec des aides à domicile de la région de Nantes est moins connue mais mérite l’attention, particulièrement à un moment où la pandémie du coronavirus a révélé combien ce métier mal rémunéré et peu considéré a joué un rôle essentiel pour accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie.

Une recherche-action auprès des aides à domicile : une gageure !

Car ce métier est non seulement individualisé, mais de plus en plus « marchandisé » depuis la loi Borloo de 2003 instituant le chèque emploi service (CESU) qui permet de défiscaliser les rémunérations des aides à domicile pour les employeurs privés.

Sur 226 000 salarié.es, 97 % sont des femmes, beaucoup à temps partiel - choisi ou imposé -, avec des premiers niveaux de salaires en dessous du SMIC (le salaire médian est de 960 euros).

Avec le développement de la prise en charge ambulatoire dans les hôpitaux et les EPHAD, et le maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie, le nombre d’usager.es (on dit aujourd’hui « clients ») des aides à domicile a fortement augmenté.

En revanche, les budgets stagnent (au mieux), les départements qui chapeautent le secteur réduisent les temps d’intervention (parfois jusqu’à un maximum de 30 minutes) et limitent les embauches aux personnes faiblement qualifiées (moins chères), alors qu’elles ont souvent à prendre des initiatives de soins (ce qui, en théorie, n’est pas de leur compétence).

Dans ce contexte, décider d’engager une recherche-action auprès des aides à domicile était en effet une gageure.

Danièle Kergoat, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, en rappelle les débuts lors du séminaire CGT du 29 mars 2018 : « Nous avons choisi les aides à domicile en sachant que ce serait difficile. Pour commencer, nous avons consacré plusieurs séances à faire le tour de la littérature existante et auditionné des chercheuses ayant travaillé sur la question ».

Un groupe d’animation est ensuite réuni composé de chercheur.es et de syndicalistes et, en janvier 2015, un séminaire a lieu avec des aides à domicile de trois régions, Rhône-Alpes, Pays de Loire et Nord. Les débats mettent en évidence des situations de travail très dégradées et un syndicat que le poids de l’activité « institutionnelle » empêche de s’intéresser au quotidien des travailleuses.

Les aides à domicile racontent

Un travail d’enquête de terrain mené par des militantes volontaires est alors lancé afin, selon la feuille de route de l’expérimentation, d’« analyser les enjeux du travail à domicile tel que le vivent les salariées, de dégager les difficultés communes et de renforcer les liens avec et entre elles ; le matériel collecté et la dynamique amorcée seront ensuite analysés par les animateurs syndicaux et les chercheurs au cours de plusieurs rassemblements ».

Dont acte : sept aides à domicile de Rhône-Alpes et Pays de Loire et deux responsables d’Union locale se portent volontaires.

À partir d’un premier témoignage, celui de Laure G., aide à domicile au Mans, qui s’est retrouvée un matin, sans clés, devant la porte d’une personne âgée victime d’une chute, un petit guide d’entretien est élaboré. Avec des questions du type « la personne que vous interviewez est face à un incident, un événement précis situé dans le temps (tel jour, telle heure), un conflit qui lui pourrit la vie… Comment a-t-elle réussi à s’en sortir, avec quels efforts et quelles conséquences (qualité du service, incohérences de l’organisation, effet sur la santé, etc.) ? ».

Le témoignage de Laure est rapporté sur une dizaine de feuilles, qui rapporte à son tour celui d’une autre aide à domicile, terrible : celle-ci se rendait chez un homme invalide pour faire le ménage et préparer un repas, elle le découvre couvert d’escarres, sans draps, baignant dans ses excréments, des gants pour tout équipement, le frigo vide…

La situation l’a traumatisée. Elle n’en avait jamais parlé à personne.

Toutes les volontaires n’ont pas forcément réussi à passer cette première étape.

Les plus anciennes dans le métier ont eu du mal à collecter la parole sur le travail lui-même, et non pas sur la plainte, et à éviter de transformer les situations vécues en revendications. Mais certains récits sont éclairants.

Ainsi, celui de Martine F.. En réponse à la question « en quoi consiste ton travail ? », elle déclare : « mon rôle ce n’est pas de faire à leur place (les personnes en perte d’autonomie), c’est d’essayer de faire avec elles. On n’est pas des femmes de ménage (…) On a un rôle social pour essayer d’exploiter le peu d’autonomie qu’elles ont, de les encourager à faire un peu plus. Ce rôle-là est un peu oublié vu le contexte économique dans lequel on travaille »2.

Quitter une démarche délégataire pour des travailleuses actrices

Étape suivante, passer de l’individuel au collectif. Cela n’a pas été sans mal pour les animatrices de la CGT, elles-mêmes aides à domicile.

L’une d’elle, Christine L., aide à domicile à Nantes, a eu l’idée de réunir ses collègues à l’heure du diner dans un fast-food, afin que celles-ci puissent amener leurs enfants (nombreuses d’entre elles sont des familles monoparentales).

L’objet de cette réunion, comme celles proposées aux autres volontaires de la recherche action, était de mettre en débat les principales préoccupations révélées par l’enquête et ainsi passer de l’individuel au collectif. La récente mise en place de la télégestion les souciait particulièrement à ce moment-là. 20 femmes sur un effectif de 24 se sont rendues à la réunion.

La discussion, intense, s’est même poursuivie devant le restaurant après sa fermeture.

Aux dires des participantes au groupe, elles ont découvert la multiplicité des situations de travail, les rapports différents qu’entretiennent les unes et les autres avec leur travail, différences liées, selon la sociologue Danièle Kergoat, à la diversité des situations familiales, aux trajectoires individuelles et… à la couleur de la peau (ne pas oublier que le métier compte beaucoup de femmes issues de l’immigration).

« Repérer ces différences, les accepter, les respecter, font partie de la construction du collectif. C’est dans ce processus même de construction que peut naître et se développer la puissance d’agir ».

Christine L. raconte comment s’est terminée la réunion : « contrairement aux autres fois, j’avais peur que ça se termine en me disant “qu’est-ce que tu vas faire, toi ?”, mais elles sont parties contentes avec des idées nouvelles et ne m’ont pas demandé ce que je comptais faire ». Autrement dit, à l’issue de ces échanges, les aides à domicile n’ont pas spontanément délégué à d’autres le soin de résoudre leurs problèmes, c’est-à-dire de porter leurs revendications.

Le syndicat, c’est vivant

Quelles traces cette recherche-action a-t-elle laissées ? Son principal bénéfice a été de montrer qu’il était possible de construire un collectif de travail à partir d’un travail d’enquête, même dans des conditions difficiles.

« Chez nous il y a beaucoup de dévalorisation par rapport à tout ce qu’on nous demande. Les filles ne se rendent pas compte de tout ce qu’elles font. En le mettant par écrit, elles s’aperçoivent qu’elles sont en capacité de proposer, de mettre des choses en place, de contrer certaines situations (…) Il y a en a même qui avant me disaient “les mails, les enquêtes, je fais beaucoup de fautes, il faut que je me fasse aider”. Maintenant, elles ont un vocabulaire » constate Christine L.

Elle en a tiré un enseignement pour elle-même : « je suis maintenant au courant de tout, plus que la direction, de tout ce qui se met en place et des difficultés. Ce que nous avons fait c’est un vivier énorme et ça ne sort pas de notre imaginaire. C’est vraiment ce dont les filles ont besoin, ce qu’elles vivent, leur expérience par rapport à l’ancienneté et à la formation. Depuis que j’ai découvert cela, ça m’a aussi facilité la vie en tant que déléguée du personnel. On est beaucoup moins seul et en plus c’est vivant ».

Avoir réussi une telle démarche auprès d’aides à domicile, c’est-à-dire la figure même de la travailleuse isolée, sous-payée, à la qualification non reconnue car « naturalisée » (c’est un travail qu’une femme fait « naturellement » : chacun sait que les femmes sont nées avec un balai à la main…), devant effectuer un travail éprouvant et affronter des rapports sociaux de sexe, n’est pas le moindre intérêt de cette recherche-action.

Selon Danièle Kergoat, elle a révélé deux puissances d’agir qui se sont créées et renforcées mutuellement : en tant que femmes et en tant que travailleuses (syndiquées ou non). C’est cette double mobilisation individuelle et collective que l’enquête a permis d’amorcer. Il s’agit bien là d’un mouvement d’émancipation à partir du travail.

1Voir le rapport final de la CGT et du cabinet d’expertise Émergences : https://hal.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/776242/filename/emergencesrapportfinal.pdf

2 Ces témoignages sont rapportés par Yves Bongiorno, ancien ouvrier de l’automobile, syndicaliste CGT retraité, impliqué dans le chantier « Travail et émancipation » au sein de la CGT.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid