Ateliers travail et démocratie
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2021

Ne lâchons pas le travail !

Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.

Ateliers travail et démocratie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la campagne présidentielle de 2022, on le voit déjà, la droite célèbre une soi-disant « valeur travail » réduite à la stigmatisation des chômeurs, tandis que la gauche et les écologistes ne parlent guère du travail ou se préparent à sa supposée disparition. A ce jour, les programmes des candidat.es de tous bords parlent parfois de l’emploi mais jamais de la qualité et de la soutenabilité du travail, professionnel ou domestique. La dernière réforme qui a cherché à promouvoir la qualité du travail salarié, les lois Auroux, date de 1982 : quarante ans !

Pourtant la souffrance au travail, et aujourd'hui la fuite devant le maltravail, marquent profondément la situation actuelle. Plus que jamais, la façon dont nous travaillons détermine ou influence la qualité de nos rapports aux autres, de notre santé et de celle de la nature, de la démocratie, bref de notre vie. Un exemple récent, et pas des moindres : qu’elle provienne d’une fuite de laboratoire, d’un élevage intensif ou de la déforestation, la pandémie est intimement liée à la dégradation du travail sous domination financière et extractiviste.

Autre exemple marquant : l'effondrement en cours de notre système hospitalier, où des milliers de lits sont fermés non plus à cause de restrictions budgétaires, mais parce que les soignant.es démissionnent en masse pour fuir une organisation du travail absolument insoutenable. Comment se résigner à ce qu'après dix-huit mois de crise sanitaire, l’hôpital soit le « grand absent de la campagne présidentielle »1 ? D'autant que cette fuite devant le maltravail s'étend désormais à de multiples secteurs : secteur sanitaire et social, hôtels-restaurants, BTP..., où les salarié.es refusent des conditions de travail délétères, raison pour laquelle le gouvernement a réduit drastiquement les allocations chômage.

Face au déni politique, les Ateliers Travail et Démocratie souhaitent donner à la question du travail et de son organisation la place qu’elle mérite dans le débat public. Nous souhaitons ouvrir la discussion sur les impasses auxquelles nous mène la négligence de cette question, et sur les moyens de la prendre en compte sérieusement par des propositions politiques.

Quatre dimensions nous semblent aujourd'hui centrales dans les réflexions et les initiatives autour du travail. La première concerne les transformations du travail dans la pandémie. Nous savions déjà que malgré l'emprise croissante des normes et objectifs quantitatifs, la logique de « care », de l'attention aux autres (usagers, clients, collègues...), imprègne clandestinement la plupart des expériences de travail. Comment la pandémie a-t-elle transformé nos rapports au travail ? Que signifie la « recherche de sens au travail » qui oriente aujourd'hui beaucoup de bifurcations professionnelles ? Comment faire reculer la gouvernance par les nombres au bénéfice du travail attentionné ? Le 15 janvier, des témoignages et propositions de travailleuses et de travailleurs de la santé, de l'éducation ou de l'industrie éclaireront ces enjeux.

En second lieu, il n'est plus possible de prétendre penser la transition écologique sans y intégrer la question du travail. Consumérisme et pollutions résultent d'un travail abstrait (marketing, publicité, conception des produits et procédés...) piloté par les impératifs de profit et indifférent à ses effets concrets sur le vivant. Et les GAFAM n'arrangent pas les choses... Quels conflits et quelles initiatives émergent-elles de la contradiction capital / nature ? Comment instituer la défense du vivant dans l'organisation du travail ? Des expériences et propositions issues du monde agricole et industriel seront présentées par les actrices et acteurs qui les portent.

En troisième lieu, il convient de réinterroger la proposition centrale que porte historiquement la gauche, la réduction du temps de travail, qui figure à ce jour dans la plupart des programmes des candidat.es de gauche et écologistes. La RTT vise classiquement à limiter l'emprise de l'aliénation salariale sur la vie, accroître le temps libre et les activités autonomes des salarié.es, redistribuer les richesses grâce au maintien des salaires et aux embauches. Comment en faire aussi un instrument de la sortie du productivisme et de la reprise en main du travail par les premier.es concerné.es ?

Enfin, avec la loi Travail, les ordonnances Macron et le soutien des pouvoirs publics à l'ubérisation généralisée, nous subissons une offensive véritablement inédite contre nos droits sociaux et démocratiques au travail. Les dégâts sont considérables, mais des résistances et des alternatives solidaires commencent à émerger, tant au sein du salariat que parmi les indépendant.es et auto-entrepreneur.es. Diverses recherches-actions syndicales s'attachent à redynamiser l'action collective autour des enjeux d'un travail bien fait. Comment s'appuyer sur toutes ces initiatives pour instituer des avancées démocratiques dans l'organisation du travail et commencer à penser une sortie de la subordination salariale ? Rendez-vous est pris le 15 janvier pour que ces questions émergent et résonnent dans le débat public.

Pour vous inscrire, c'est ici

Les Ateliers Travail et Démocratie (site en construction atd.nursit.com ) regroupent des syndicalistes, chercheur.es et intervenant.es en santé-travail qui veulent faire reconnaître la démocratie au travail comme un enjeu décisif de la santé humaine et environnementale et de la démocratie politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch