ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

236 Billets

5 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2020

La faute à qui? Réponse à Dominique Seux

Dans une opinion intitulée « Le libéralisme en mode 4X4 » et publiée le 26 mars 2020, Dominique Seux, commente l’actualité et la pandémie à laquelle le monde fait face aujourd’hui. À ses yeux, trop c’est trop.

ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Esther Jeffers, professeure d'économie à l'Université de Picardie, membre du Conseil scientifique d'Attac France. Tribune co-signée par Dominique Plihon, Jean-Marie Harribey et Pierre Khalfa, membres du Conseil scientifique d'Attac France.

Ainsi, écrit-il : « Au début de l’épidémie, on avait beaucoup entendu qu’elle était la fille cachée de la financiarisation de l’économie et du commerce mondialisé. Ensuite, l’austérité budgétaire a servi d’explication pour le dramatique débordement du système de santé. Et voilà que ces jours-ci, on lit que c’est au libéralisme (néo ou ultra, cela va de soi) qu’il faut en vouloir pour le manque de masques et de tests capables de détecter le Covid-19. N’en jetez plus, c’est trop ! ».

Qu’est ce qui provoque son indignation ? Le manque de tests et de masques, le manque de ventilateurs, de lits et de personnel soignant, ou l’austérité budgétaire qui a organisé la casse du système de santé ? Non, c’est le fait que le néolibéralisme et la financiarisation de l’économie soient jugés responsables de la situation actuelle.

Examinons les arguments avancés pour réfuter cette thèse. Dominique Seux écrit que « dans le pays qui affiche les dépenses publiques et de santé parmi les plus élevées, expliquer la catastrophe sanitaire que nous vivons par la casse des services publics relève de la mauvaise foi ». Or, cet argument est illogique : ce n’est pas parce qu’on aurait encore l’un des meilleurs système de santé au monde qu’il n’aurait pas subi un affaiblissement. D’autre part, si l’on retient comme indicateur la dépense courante de santé par habitant exprimée en parité de pouvoir d’achat (PPA), les dépenses de santé par habitant sont deux fois plus élevées aux États-Unis qu’en France. Et pourtant, tout le monde en convient, le système de santé américain est tout sauf performant : 27,5 millions d’Américains étaient sans assurance maladie avant la pandémie. Ce n’est sans doute pas ce modèle auquel aspirent les millions de Français qui, tous les soirs, applaudissent le personnel soignant et réclament plus de moyens pour les hôpitaux.

Cela fait près de quarante ans que les réformes néolibérales ont peu à peu déconstruit les services publics. En France, trente ans de politiques de réduction des dépenses ont mis l’hôpital public à genoux. Dès 2007, Nicolas Sarkozy a exercé une forte pression budgétaire sur l'hôpital et généralisé la tarification à l'activité. Les personnels hospitaliers ne cessent de tirer la sonnette d’alarme, pour prévenir que les services des urgences sont malades, que le corps médical est en crise avec la fermeture drastique des lits, ou encore le personnel insuffisant. Depuis plus d’un an, ils manifestent contre un manque de moyens criant qui empêche aujourd’hui de soigner correctement chaque personne. Ce gouvernement, comme ceux qui l’ont précédé, n’y a pas répondu. Aujourd’hui on en paye le prix fort. 

Mais, pour Dominique Seux, « si les hôpitaux manquent de moyens (c’est vrai), ce sont des choix collectifs : d’autres priorités ont été préférées, un âge de la retraite bas et un faible reste à charge ». Oui, vous lisez bien ! Et pourquoi pas à cause du Smic trop élevé, des prestations sociales trop généreuses ? Si l’âge de retraite devait être le critère, la population des États-Unis devrait être parmi les plus protégées !

Pas un mot des grands laboratoires pharmaceutiques et de leurs largesses envers leurs actionnaires. Entre 1999 et 2017, les 11 laboratoires les plus grands au monde ont engrangé 1 019 milliards d’euros de bénéfices. Ils en ont directement redistribué 925 milliards à leurs actionnaires sous forme de dividendes et de rachats d’actions, soit 90,8 %. En 2017, le taux de redistribution s’établissait à 141,9 %. 

Certes, concède Dominique Seux, la déforestation a peut-être une responsabilité dans la suppression de la barrière homme-animal, les flux tendus et le zéro stock ont aussi leur part de responsabilité, mais il écarte cela d’un revers de la main, comme si c’était indépendant de la mondialisation néolibérale et ne faisait pas partie d’un système qui méprise autant la nature que les vies humaines. Ce qui fait l’admiration du directeur délégué de la rédaction des Échos, « c’est la plasticité du libéralisme. Son côté caméléon et tout-terrain, 4X4 en quelque sorte. En quelques heures, en quelques jours, il s’est adapté à la situation ». Mais est-ce le libéralisme qui s’est adapté à la situation ou les gouvernements qui ont dû, contraints et forcés, prendre des mesures en rupture avec le « laissez faire, laissez aller », comme Emmanuel Macron a fini par le reconnaître, en complète opposition avec la politique qu’il mène depuis trois ans, « il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ».

Esther Jeffers, Jean-Marie Harribey, Pierre Khalfa et Dominique Plihon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat