La justice fiscale plutôt qu'un Téléthon

Vous aviez aimé l'appel à dons lancé en mars par Gérald Darmanin pour faire face au coronavirus ? Vous allez adorer le « Téléthon mondial » organisé par Ursula von der Leyen, Emmanuel Macron, Angela Merkel ce lundi 4 mai !

la-justice-fiscale-plutot-quun-telethon

Depuis des années, ils font semblant de lutter contre l'évasion fiscale plutôt que de prendre des mesures efficaces contre ce fléau ; ils ont organisé la concurrence fiscale entre États européens en diminuant les taux d'imposition sur les sociétés ; ils ont baissé tour à tour le taux d'imposition sur les sociétés ; ils ont multiplié les cadeaux fiscaux aux plus riches en réduisant la progressivité du système fiscal... Cette baisse des recettes publiques et la montée des déficits publics ont justifié des politiques d'austérité qui ont gravement dégradé les services publics, et notamment l'hôpital.

Face à l'ampleur de la crise du coronavirus, ils auraient pu inverser la tendance et dégager de nouvelles sources de financement des services publics tout en corrigeant l'injustice fiscale. Mais ils préfèrent continuer de délégitimer l'impôt en vantant les mérites de la charité. Alors qu'ils ont le pouvoir de réformer notre système fiscal, ils préfèrent organiser un Téléthon mondial, qui débute ce lundi 4 mai et dont l'objectif est de récolter 7,5 milliards d'euros de dons afin, disent-ils, de "combler le déficit estimé de financement mondial" pour la recherche de traitements contre le coronavirus. !

Et si, pour financer les urgences sanitaires, sociales et écologiques, on prélevait plutôt les ménages les plus riches et les plus grandes entreprises ? 

En France, une troisième loi de finances rectificative devrait être votée en mai. C'est pourquoi Attac lance ce mardi une action numérique d'interpellation des député·e·s afin qu'ils prennent des mesures de justice fiscale. En prélevant une contribution exceptionnelle sur le patrimoine des 1 % les plus riches puis en rétablissant et rénovant l’impôt de solidarité sur la fortune, en rétablissant la progressivité de l’imposition des revenus financiers, en supprimant les niches fiscales inutiles et injustes et les exonérations antiécologiques, en instaurant la taxation unitaire des multinationales pour lutter contre l’évasion fiscale et en taxant l’ensemble des transactions financières, nous estimons possible de collecter 128 milliards d'euros de recettes supplémentaires par an en France tout en mettant fin au scandale de l'injustice fiscale !

Ce n'est ni en faisant appel à la charité ni en faisant payer les salarié·e·s que l'on financera la lutte contre le coronavirus, mais en rétablissant la justice fiscale. Attac appelle donc à mettre en place ces mesures d'urgence, puis à réformer fondamentalement le système fiscal afin de le rendre plus juste et plus efficace.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.