ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

5 Éditions

Billet de blog 5 avr. 2022

Marine Le Pen, un programme aussi inégalitaire que celui d'Emmanuel Macron

Marine Le Pen prône des thèses nationalistes et xénophobes, elle cherche à séduire les classes populaires et moyennes en faisant croire que nos difficultés seraient causées par les réfugiés et les personnes de confession musulmane. Lorsque l’on se penche sur son programme économique, il est troublant, pour ne pas dire confondant, de voir la similarité des propositions avec celui d'Emmanuel Macron.

ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Pourquoi Marine Le Pen mènerait une politique économique tout aussi inégalitaire qu'Emmanuel Macron et aggraverait l'injustice fiscale et sociale ?
En dix points (mais on peut faire plus) :

1. Le Pen ne veut pas supprimer la flat tax. Instaurée par Macron, elle a mis fin à la progressivité de l'imposition des revenus financiers. Alors que cela a eu comme conséquence d'augmenter les inégalités en faveur des plus riches, ni Le Pen ni Macron ne veulent revenir dessus.


2. Le Pen propose d’exonérer d’impôt sur le revenu les jeunes de moins de 30 ans et également d’exonérer d’impôt sur les sociétés pendant 5 ans les entreprises que ces jeunes seraient amenés à créer.

L'exonération d'impôt sur le revenu profiterait aux jeunes imposables, ceux par exemple qui sortent des grandes écoles et occupent des postes bien rémunérés. Mais les jeunes demandeur·ses d’emploi ou mal payé·es, qui ne paient pas d’impôt sur le revenu, n’en bénéficieraient pas.

3. Le Pen est favorable à une pleine part (au lieu d’une demi-part) du quotient familial pour les seconds enfants des "familles françaises". Une disposition xénophobe et qui ne bénéficierait qu’aux foyers imposables.

4. Alors que Macron a transformé l'ISF en simple impôt sur la fortune immobilière (IFI), Le Pen ne veut pas rétablir l'ISF ! Elle veut supprimer l’IFI et le remplacer par un impôt sur la fortune financière, qui rapporterait 3,4 milliards d’euros par an, soit moins que l’ex-ISF.

5. Comme Macron, Pécresse et Zemmour, Le Pen veut réduire les droits de succession et de donation. Cela ne profiterait qu'aux ménages ayant un patrimoine important à transmettre ! Le Pen, comme Macron, prétend vouloir "supprimer l'impôt sur l'héritage pour les familles modestes et les classes moyennes" alors qu'elles ne payent déjà pas de droits de succession. Cela ne profiterait en réalité qu'aux riches.

6. Le Pen, comme Macron, Pécresse et Zemmour, et comme le demande le Medef, défend une baisse des "impôts de production". Si elle prétend que cela serait favorable aux PME, cela profiterait surtout aux grandes entreprises. La baisse de 20 milliards d’euros mise en œuvre par Emmanuel Macron ne bénéficie pas aux TPE et très peu aux PME. Elle bénéficie davantage aux grandes entreprises et plus spécifiquement au secteur de la finance. Marine Le Pen veut poursuivre cette logique.

7. Le Pen refuse d'augmenter le SMIC et les salaires, comme Macron. Alors que la question du pouvoir d'achat est centrale, les salaires sont absents des propositions de Le Pen.
8. Le Pen a renoncé à sa promesse de retraite à 60 ans car elle souhaite paraître crédible et rassurer les milieux patronaux.

9. Pour augmenter le pouvoir d'achat, Le Pen propose comme Macron de supprimer la contribution à l'audiovisuel public. Elle souhaite privatiser l'audiovisuel public, alors que les médias sont déjà concentrés dans les mains de quelques milliardaires.

10. Le Pen ne propose rien pour renforcer les services publics ou la protection sociale. Elle s'inscrit comme Macron dans une logique de réduction du périmètre de l'action publique.
Bref, dégager Macron pour le remplacer par Le Pen ne réglerait en rien l'injustice fiscale et sociale.
Le Pen (comme Zemmour) fait des immigrés des bouc-émissaires, pour mieux masquer qu'elle défend un programme économique proche de celui de Macron, en faveur des plus riches "français"

Retrouvez notre fiche synthétique sur les "Les candidats des inégalités"
Retrouver le rapport sur "Les candidats des inégalités"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine