Ce samedi 12 juin, marchons pour les libertés et contre les idées d’extrême droite

M. le Pen est aux portes du pouvoir, qu’elle accède à la Présidence dans moins d’un an ou qu’elle le soit indirectement. Comment ? En inspirant la droite des riches et en diffusant ses idées racistes, sexistes, autoritaires, alimentées par des médias tournant en boucle sur l’insécurité ou le risque migratoire. Un front très large de 110 organisations syndicales, associatives et politiques appellent à marcher dans plus de 140 villes. C’est déjà un succès. Et ce n’est qu’une étape.

D'Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac ; Thomas Portes, président de l’Observatoire national de l’extrême droite

M. le Pen est aux portes du pouvoir, qu’elle accède à la Présidence de la République dans moins d’un an ou qu’elle le soit indirectement. Comment ? En inspirant la droite des riches et en diffusant ses idées racistes, sexistes, autoritaires, alimentées par des médias tournant en boucle sur l’insécurité ou le risque migratoire.

Pour faire passer son programme anti-social et anti-écologique, la droite des riches d’Emmanuel Macron glisse lentement mais sûrement vers la droite identitaire et autoritaire. Un nouvel arsenal juridique liberticide au nom de la « sécurité globale » et des « principes de la République », les accusations par le gouvernement d’universitaires taxés d’« islamo-gauchisme », les attaques contre les réunions non mixtes de l’UNEF, une tribune de militaires d’extrême droite soutenue par Marine Le Pen… En un an, la politique a changé de visage.

La gravité de la situation nécessite, dans la gauche et l’écologie, de construire des digues face à l’extrême droite et son pouvoir de contagion. Elle exige un sursaut citoyen, qui s’est déjà exprimé dans la manifestation contre l’islamophobie de novembre 2019, dans le rassemblement massif et inattendu de juin 2020 pour réclamer « justice pour Adama » Traoré, ou encore dans les marches contre la loi sur la sécurité globale de ces derniers mois.

Alors que nous venons de connaitre une nouvelle semaine où la parole violente de l’extrême droite s’est traduite en actes concrets, il y a urgence à construire une réaction unitaire et forte. Face à celles et ceux qui divisent, soufflent sur des braises déjà ardentes et rêvent de guerres civiles, nous avons besoin de construire des horizons émancipateurs pour percer les nuages du fascisme qui ne cessent de s’amonceler autour de nos têtes. De Orban à Bolsonaro, en passant par Trump, Salvini et Modi, la toile d’araignée de l’extrême droite se tisse à travers le monde, avec son corollaire de haine, de racisme et d’explosion des inégalités sociales et environnementales. La France n’est pas à l’abri.

Aussi, aujourd'hui, un front très large de 110 organisations syndicales, associatives et politiques appellent à marcher dans plus de 140 villes. C’est déjà un succès. Et ce n’est qu’une étape.

Voir toutes les manifestations à ce lien : https://marchedeslibertes.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.