Les requins 2014 : traquons les banques et les multinationales prédatrices

Par Florent Compain (président des Amis de la Terre), Thomas Coutrot (porte-parole d'Attac)Samedi 15 mars, plus de 40 actions sont prévues partout en France par Attac et les Amis de la Terre pour le lancement d'une campagne d'action citoyenne contre les banques et les multinationales prédatrices : les « requins » Unilever, BNP Paribas et la Société Générale!

Autocollants requins

Par Florent Compain (président des Amis de la Terre), Thomas Coutrot (porte-parole d'Attac)

Samedi 15 mars, plus de 40 actions sont prévues partout en France par Attac et les Amis de la Terre pour le lancement d'une campagne d'action citoyenne contre les banques et les multinationales prédatrices : les « requins » Unilever, BNP Paribas et la Société Générale!

Malgré la crise, les banques et les multinationales se comportent de plus en plus comme des super-prédateurs exploitant partout les peuples et la nature pour mieux satisfaire leurs exigences de profit. Ces « requins » dominent notre monde par leur force sans précédent et par leur omniprésence. Ils font comme s'ils n'avaient désormais plus rien à craindre - sinon leurs propres semblables. Serions-nous donc des proies sans défense ?

A partir du 15 mars, pour remettre à leur place trois des multinationales les plus prédatrices, Unilever, la BNP et la Société Générale, Attac et les Amis de la Terre proposent aux citoyens de passer à l'action. Commençons à mettre en échec la folie des banques et des multinationales prédatrices qui commandent aux gouvernants et imposent partout austérité sociale et irresponsabilité écologique.

Agir pour recréer l'espoir

Chômage, précarité, menace écologique et catastrophe climatique : les motifs de se révolter ne manquent pas. Ces fléaux ne sont pas des calamités naturelles : ils résultent de décisions concrètes prises par de puissants acteurs, les firmes multinationales, avec l'appui avoué ou non des gouvernants. C'est pour soulever la chape de plomb du fatalisme et engranger des victoires concrètes que les Amis de la Terre et Attac proposent aux citoyens de prendre part à la campagne « Requins ».

L'indignation, la colère, mais aussi souvent la résignation, touchent de très larges secteurs de l'opinion publique, nourries par des crises sans solutions et une alternance politique décevante. Les mesures et renoncements annoncés chaque jour le confirment : les gouvernants ne contraindront pas les multinationales à engager l'indispensable transition, et celles-ci ne modifieront donc pas leurs comportements prédateurs, sauf si la mobilisation citoyenne le leur impose.

Avec la campagne « Requins 2014 » chacun-e peut agir concrètement, à son niveau, dans son quartier, dans son village, sur son lieu de travail. En s'emparant du « Kit anti-requins » : autocollants, matériel d'éducation populaire, site web www.lesrequins.org, vidéos... En discutant avec les voisins, les collègues, les passants, la presse locale. En menant avec eux des actions symboliques et ludiques dans les supermarchés, les agences bancaires et sur les places publiques.

Unilever, BNP Paribas, Société Générale : ça suffit !

Unilever, la puissante multinationale de l'agroalimentaire, licencie les ouvriers de Fralib à Marseille et refuse de soutenir leur beau projet économique et écologique de coopérative ? A l'appel et en lien avec les salariés de Fralib, nous pouvons boycotter les produits Unilever – à commencer par le thé Lipton – pour convaincre la firme de rendre possible leur projet.

Avec 214 filiales, BNP Paribas détient le record français de présence dans les paradis fiscaux, organise l'évasion fiscale pour ses clients et assèche ainsi les budgets publics ? Nous dénonçons sa présence en particulier aux Îles Caïmans et exigeons la fermeture immédiate de ces 12 filiales.

Nous dénonçons enfin le soutien de la Société Générale dans des projets climaticides et qui ravagent l'environnement et la biodiversité, et exigeons qu'elle se retire publiquement du projet Alpha Coal. Ce projet de mine de charbon en Australie est en totale contradiction avec les discours de responsabilité sociale et environnementale de la Société Générale puisqu'il contribuerait à la destruction irréversible de la Grande Barrière de Corail et à l'émission de 1,8 milliards de tonnes de CO2 sur trente ans, plus que la Finlande ou le Portugal, Alpha Coal !

Puissantes, ces multinationales sont toutefois dépendantes de leur image pour gagner de nouveaux clients et survivre face à la concurrence : nous pouvons appuyer là où cela leur fait mal, en dénonçant publiquement les activités qu'elles taisent et en les boycottant.

Ils ne peuvent continuer que parce que nous, clients, les laissons faire. Parce que nous n'utilisons pas notre pouvoir d'agir. Alors le 15 mars on reprend les choses en main ?

Pour en savoir plus :

 

La carte des actions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.