ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

5 Éditions

Billet de blog 13 mars 2014

Les requins 2014 : traquons les banques et les multinationales prédatrices

Par Florent Compain (président des Amis de la Terre), Thomas Coutrot (porte-parole d'Attac)Samedi 15 mars, plus de 40 actions sont prévues partout en France par Attac et les Amis de la Terre pour le lancement d'une campagne d'action citoyenne contre les banques et les multinationales prédatrices : les « requins » Unilever, BNP Paribas et la Société Générale!

ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Florent Compain (président des Amis de la Terre), Thomas Coutrot (porte-parole d'Attac)

Samedi 15 mars, plus de 40 actions sont prévues partout en France par Attac et les Amis de la Terre pour le lancement d'une campagne d'action citoyenne contre les banques et les multinationales prédatrices : les « requins » Unilever, BNP Paribas et la Société Générale!

Malgré la crise, les banques et les multinationales se comportent de plus en plus comme des super-prédateurs exploitant partout les peuples et la nature pour mieux satisfaire leurs exigences de profit. Ces « requins » dominent notre monde par leur force sans précédent et par leur omniprésence. Ils font comme s'ils n'avaient désormais plus rien à craindre - sinon leurs propres semblables. Serions-nous donc des proies sans défense ?

A partir du 15 mars, pour remettre à leur place trois des multinationales les plus prédatrices, Unilever, la BNP et la Société Générale, Attac et les Amis de la Terre proposent aux citoyens de passer à l'action. Commençons à mettre en échec la folie des banques et des multinationales prédatrices qui commandent aux gouvernants et imposent partout austérité sociale et irresponsabilité écologique.

Agir pour recréer l'espoir

Chômage, précarité, menace écologique et catastrophe climatique : les motifs de se révolter ne manquent pas. Ces fléaux ne sont pas des calamités naturelles : ils résultent de décisions concrètes prises par de puissants acteurs, les firmes multinationales, avec l'appui avoué ou non des gouvernants. C'est pour soulever la chape de plomb du fatalisme et engranger des victoires concrètes que les Amis de la Terre et Attac proposent aux citoyens de prendre part à la campagne « Requins ».

L'indignation, la colère, mais aussi souvent la résignation, touchent de très larges secteurs de l'opinion publique, nourries par des crises sans solutions et une alternance politique décevante. Les mesures et renoncements annoncés chaque jour le confirment : les gouvernants ne contraindront pas les multinationales à engager l'indispensable transition, et celles-ci ne modifieront donc pas leurs comportements prédateurs, sauf si la mobilisation citoyenne le leur impose.

Avec la campagne « Requins 2014 » chacun-e peut agir concrètement, à son niveau, dans son quartier, dans son village, sur son lieu de travail. En s'emparant du « Kit anti-requins » : autocollants, matériel d'éducation populaire, site web www.lesrequins.org, vidéos... En discutant avec les voisins, les collègues, les passants, la presse locale. En menant avec eux des actions symboliques et ludiques dans les supermarchés, les agences bancaires et sur les places publiques.

Unilever, BNP Paribas, Société Générale : ça suffit !

Unilever, la puissante multinationale de l'agroalimentaire, licencie les ouvriers de Fralib à Marseille et refuse de soutenir leur beau projet économique et écologique de coopérative ? A l'appel et en lien avec les salariés de Fralib, nous pouvons boycotter les produits Unilever – à commencer par le thé Lipton – pour convaincre la firme de rendre possible leur projet.

Avec 214 filiales, BNP Paribas détient le record français de présence dans les paradis fiscaux, organise l'évasion fiscale pour ses clients et assèche ainsi les budgets publics ? Nous dénonçons sa présence en particulier aux Îles Caïmans et exigeons la fermeture immédiate de ces 12 filiales.

Nous dénonçons enfin le soutien de la Société Générale dans des projets climaticides et qui ravagent l'environnement et la biodiversité, et exigeons qu'elle se retire publiquement du projet Alpha Coal. Ce projet de mine de charbon en Australie est en totale contradiction avec les discours de responsabilité sociale et environnementale de la Société Générale puisqu'il contribuerait à la destruction irréversible de la Grande Barrière de Corail et à l'émission de 1,8 milliards de tonnes de CO2 sur trente ans, plus que la Finlande ou le Portugal, Alpha Coal !

Puissantes, ces multinationales sont toutefois dépendantes de leur image pour gagner de nouveaux clients et survivre face à la concurrence : nous pouvons appuyer là où cela leur fait mal, en dénonçant publiquement les activités qu'elles taisent et en les boycottant.

Ils ne peuvent continuer que parce que nous, clients, les laissons faire. Parce que nous n'utilisons pas notre pouvoir d'agir. Alors le 15 mars on reprend les choses en main ?

Pour en savoir plus :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse