ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

5 Éditions

Billet de blog 17 déc. 2021

Rapprocher le salaire net du salaire brut : trompeur, pernicieux, dangereux…

Dans la campagne électorale qui s’annonce, certaines voix s’élèvent, prétendant avoir résolu la question du pouvoir d’achat : il « suffirait » de baisser, voire de supprimer, les cotisations sociales salariales, pour augmenter le « net à payer » figurant sur la fiche de paie… Cette proposition est trompeuse, pernicieuse et dangereuse, voici pourquoi.

ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les partisans de cette proposition avancent que baisser la part salariale des cotisations sociales revient à rehausser le « net à payer ». Techniquement, ce point est juste puisqu’il s’agit en quelque sorte d’un jeu de vases communicants entre la part salariale des cotisations et le « net à payer ». Mais, en l’absence de hausse globale de la rémunération du travail, formée du total du net à payer et des cotisations sociales (salariales et patronales), les conséquences sont prévisibles : cela appauvrirait les recettes de la Sécurité sociale. Or, vu les besoins sociaux, celle-ci a besoin de recettes… 

Qu’adviendrait-il si cela se passait ? La Sécurité sociale ne pourrait offrir la même couverture sociale. Les acteurs privés qui, pour certains, ne rêvent que d’étendre leur champ d’action à des pans aujourd’hui couverts par la « Sécu », parviendraient à leurs fins. Ce faisant, ils factureraient aux ménages les « prestations » actuellement offertes par la « Sécu ». Les ménages perdraient en surcoût de cotisations sociales privées ce qu’ils croient pouvoir gagner par la hausse de leur « net à payer ». Cette mesure est inégalitaire, car les ménages en bas de l'échelle des revenus ne seront pas en mesure d'accéder à une assurance privée plus coûteuse.

On touche là au but recherché par les promoteurs de cette proposition qui opérerait un transfert des finances sociales collectives vers des finances sociales privées. Ce sont en effet les mêmes qui prônent la baisse des dépenses publiques (celles qui financent les services publics et la protection sociale) et, plus globalement,  des « réformes structurelles », qui consistent en une régression des droits sociaux, une déréglementation du droit du travail, une ouverture à la concurrence et des privatisations, etc. 

« Rapprocher le salaire net du salaire brut » est donc une proposition trompeuse. Elle ne met en avant que le « net à payer » en occultant ses conséquences sur les finances de la Sécurité sociale et, par suite, sur le revenu disponible et le pouvoir d'achat des ménages. Pernicieuse, elle est également dangereuse pour l'un des piliers du « modèle social », la Sécurité sociale, que certains grands acteurs privés rêvent de privatiser, à leur profit.

Bref, vouloir augmenter le pouvoir d'achat en baissant les cotisations sociales, comme le proposent Valérie Pécresse, Marine Le Pen ou Eric Zemmour, est une idée dangereuse qui conduirait à justifier de futures « réformes structurelles » affaiblissant un peu plus les droits des chômeurs ou des retraités. Si l'on  veut augmenter le pouvoir d'achat des salariés, il faut augmenter les salaires, à commencer par le SMIC !

Retrouvez ici tous les articles de l'observatoire de la justice fiscale d'Attac 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : les leçons de la présidentielle
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum