ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

5 Éditions

Billet de blog 19 juil. 2019

Face au G7: résistances et alternatives!

Il est loin, le temps où les pays les plus riches, G7 ou G8, pouvaient dicter la marche du monde. Alors à quoi sert cette grande rencontre de 7 chefs des Etats parmi les plus riches, qu’Emmanuel Macron s’apprête à accueillir du 24 au 26 août à Biarritz ? Pourquoi tenir ce G7, qui semble relever d’un autre temps, à l’heure du bilatéralisme triomphant ?

ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Derrière son charme suranné, le G7 est une arme de séduction massive pour imposer idéologiquement un capitalisme de plus en plus brutal.

Tribune collective publiée simultanément ce vendredi 19 juillet sur :

C’est d’abord une grande vitrine du capitalisme financier. Nul doute que sera mise en scène la confrontation entre deux versions de ce capitalisme. La première, celle de Mme Merkel, M. Trudeau ou M.Macron, sera présentée comme vertueuse, ouverte sur le monde, louant les vertus de la mondialisation néolibérale. La seconde, celle de M. Trump ou M. Salvini, sera, du moins en France, présentée comme protectionniste, populiste, xénophobe et impérialiste. Les premiers seront présentés comme les remparts contre les seconds. Et on passera sous silence le fait que les premiers ont nourri l’ascension des seconds et que tous s’accordent sur l’essentiel : perpétuer un système au service des plus riches et des multinationales, se nourrissant de l’exploitation du travail et du vivant.

De grands engagements seront pris, comme lors de tous les G5, G6, G7 ou G8 depuis 1975 : mettre fin à la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire ou encore réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre. Autant d’engagements pour laisser penser que le système actuel doit nous rendre plein d’espoirs. Autant d’engagements qui n’ont jamais été atteints, bien au contraire. Ainsi, selon la Banque mondiale, plus de 700 millions de personnes, soit 10% de la population mondiale, vivent avec moins de 1,9 dollar par jour. Et ce nombre repart à la hausse dans de grandes régions du monde, tandis que les personnes qui souffrent de la faim sont de plus en plus nombreuses. Les inégalités augmentent dans presque tous les pays depuis une quarantaine d’années, dont les pays du G71. Les émissions de gaz à effet de serre repartent à la hausse dans le monde, notamment dans des pays du G7, quand il faudrait les réduire drastiquement pour espérer contenir le réchauffement climatique à 1,5 °C. Pauvreté et changement climatique poussent alors des millions de personnes à tenter de migrer vers les pays dits riches, pour se fracasser contre les murs érigés et voir leurs droits piétinés.

Malgré l’échec désastreux de ces politiques, le G7 n’a aucun problème cette année pour brandir un nouvel objectif : la lutte contre les inégalités. La présidence française promet ni plus ni moins que le G7 va « rendre le capitalisme plus juste », aller « vers la réduction des inégalités et la justice fiscale » et même « mettre fin à l'évasion fiscale ». C'est pourtant tout l'inverse de la politique menée par E. Macron, qui a mené une exceptionnelle redistribution fiscale vers les ultra-riches. Un président qui pense qu’« on met un pognon de dingue dans les minimas sociaux » et qui s’attelle à affaiblir méthodiquement la protection sociale, les services publics et le droit du travail.

Ce système de plus en plus injuste et destructeur du vivant ne peut être poursuivi qu’en faisant taire les voix qui s’élèvent contre lui. Raison pour laquelle les chefs d’Etat du G7 associent au capitalisme financier des politiques de répression de plus en plus brutales et autoritaires, qui se sont traduites en France par des violences policières contre les Gilets jaunes poussant les Nations Unies à demander une enquête approfondie. Face aux 7 chefs d’Etat réunis au G7 et à la suite des contre-sommets qui ont forgé le mouvement altermondialiste, de nombreuses associations, syndicats et citoyen·ne·s ont décidé de ne pas se taire. Ils veulent éteindre l’incendie de la planète perpétré par ces politiques, dissimulé par un écran de fumée de beaux discours. Ils ont décidé de défendre un autre monde, plus juste et désirable et d’exiger une coopération multilatérale entre pays, fondée sur la solidarité entre les peuples et une réponse à l’urgence écologique. Ils se mobiliseront contre le G7, de façon pacifique mais déterminée.

Ce contre-G7 se tiendra du 19 au 26 août à Hendaye, ville avec laquelle un long dialogue a été instauré pour que tout se passe au mieux. Mais plusieurs décisions du gouvernement laissent penser que celui-ci s’apprête à nourrir les tensions. Ainsi, à quelques centaines de mètres des lieux du contre-sommet, le Centre de rétention administrative (CRA) d’Hendaye, symbole de la répression de l'Etat français contre les migrants, qui devrait être fermé tout l’été sera en fait transformé en centre de détention pour les personnes arrêtées dans le cadre du G7. Nous dénonçons un piège tendu par l’Etat, qui risque de transformer Hendaye en point de fixation, bien loin de l’ambiance feutrée qui règnera lors des réceptions du G7 à l'Hôtel du Palais à Biarritz. Le CRA doit être fermé, comme c’était initialement prévu. Si tel n’était pas le cas, le gouvernement porterait la responsabilité de ce qui apparaîtra nécessairement comme une provocation vis-à-vis des participant.es qui seront là pour montrer que des alternatives existent face aux représentant.es des pays les plus riches.

Signataires :

  • Jérémie Chomette, Directeur Général, France Libertes - Fondation Danielle Mitterrand
  • Bernard Dreano, pour IPAM (Initiatives pour un autre monde)
  • Olivier Dubuquoy, fondateur de ZEA
  • Khaled Gaiji, Président des Amis de la Terre France
  • Nicolas Galepides, secrétaire général, SUD PTT
  • Nicolas Girod, porte-parole, Confédération Paysanne
  • Murielle Guilbert, secrétaire nationale de l'Union syndicale Solidaires
  • Kévin Jean, président de l'association Sciences Citoyennes.
  • Jean-Louis Marolleau, Secrétaire Exécutif, Réseau Foi et Justice Afrique Europe
  • Roland Nivet et Edith Boulanger co-porte-paroles du Mouvement de la paix
  • Marie Pochon, Coordinatrice Générale de Notre Affaire À Tous
  • Aurélie Trouvé, porte-parole, Attac France
  • Le collectif « Enseignant.e.s pour la planète »
  • Le collectif « Unis pour le climat »
  • Bizi,
  • EH Bai,
  • Ensemble Pays Basque,
  • Fi Bayonne Gorriak Insoumis,
  • Lurralde Askea,
  • Solidaires Pays Basque,
  • Sortu

1 D’après le rapport d’un groupe international de chercheurs, World Wealth and Income Database

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies françaises : « Un plan de désindustrialisation prévu, organisé et connu »
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau