ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

236 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2021

Le 30 janvier 2021, stoppons l'expansion d'Amazon!

Amazon ouvre de nouvelles agences de livraison et poursuit ses projets de nouveaux entrepôts. Mais l'opposition se développe. Le 30 janvier 2021, les collectifs locaux contre des projets d'entrepôts se mobilisent à nouveau à Fournès (Gard) et ailleurs.

ATTAC FRANCE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La problématique Amazon ne se pose pas uniquement au moment du Black Friday. En dehors des périodes de fortes ventes, Amazon poursuit son expansion en ouvrant de nouvelles agences de livraisons qui poussent comme des champignons (vénéneux) sur notre territoire (au moins 5 en 2020), en construisant de nouveaux centres de distribution - un en cours de construction à Augny (Moselle) - des bâtiments gigantesques (plus de 150.000 m2 de surface) soit 7 à 8 fois la surface moyenne des entrepôts logistiques en France, et 30 fois la surface moyenne des hypermarchés.

Amazon détruit plus d'emplois qu'elle n'en crée

L'argument premier avancé par Amazon et ses "suppôts" est celui de l'emploi. Pourtant l'impact d'Amazon sur l'emploi est négatif sur plusieurs aspects. Une étude récente[1] sur la situation française confirme que parallèlement à la création d'emplois par Amazon (un peu moins de 10.000 emplois en CDI) des dizaines de milliers d'emplois sont supprimés dans les commerces de proximité, la grande distribution et les grandes surfaces spécialisées de sport, bricolage ou jardinage. L’étude démontre que ce sont les commerces de proximité qui sont les plus durement touchés : 1 emploi créé dans les entreprises de plus de 250 salariés via l’expansion du e-commerce entraîne la destruction de 6 emplois dans les entreprises de moins de 250 salariés. Concernant les secteurs, les pertes d’emplois les plus importantes ont eu lieu dans l’habillement.

Les emplois créés par Amazon sont de plus mal rémunérés, avec des conditions de travail rétrogrades : dans les centres de distribution, les employés travaillent de façon parcellisée, automatisée, minutée, surveillée, contrôlée[2]..Un rapport publié en janvier 2021 dévoile ce que les dirigeants d'Amazon cache : la réalité des conditions de travail dans les entrepôts : recours massifs aux intérimaires, fort absentéisme et turnover, nombreux accidents du travail, licenciements des travailleurs déclarés inaptes à force de travailler.[3]

Amazon impose aux entreprises qui livrent ses produits des exigences qui les conduisent à dégrader les conditions de travail de leurs propres salariés (travail le dimanche,...). Amazon exploite des livreurs "du dernier kilomètre" qui pour certains sont des auto entrepreneurs soumis aux risques d'accident (de circulation en particulier), de maladie, sans aucune protection sociale.

Et les emplois permanents crées par Amazon risquent eux-mêmes de disparaître avec la robotisation des centres[4]

Le système de fraude systématique à la TVA d'Amazon crée une concurrence déloyale 

La fraude fiscale et le dumping sur les prix entraîne une concurrence déloyale vis-à-vis des autres filières commerciales qui provoque la destruction des emplois. Amazon peut se permettre de casser les prix du fait des bénéfices réalisés par sa filiale AWS d'hébergement de serveurs de données. De plus, Amazon a créé un circuit financier qui entraîne une fraude massive à la TVA sur sa place de marché. Amazon ne reverse pas à l’État français la TVA perçue sur les ventes de ses vendeurs tiers. Même si elle leur demande de reverser la TVA, le système mis en place ne leur permet pas de reverser cette TVA. C'est au moins un milliard d'euros qui ne rentre pas dans les caisses[5]

De plus, Amazon développe des pratiques anti concurrentielles vis-à-vis des vendeurs tiers de sa place de marché en mettant en vente directement sur son site leurs meilleurs produits à des prix cassant ceux des vendeurs tiers, les pertes de chiffres d'affaires de ces derniers peuvent être très importantes. Même la commission européenne s'en émeut[6] .

Amazon est un acteur majeur de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre

Amazon impacte fortement la pollution par ses transports et les émissions de gaz à effet de serre. En passe de devenir le numéro 1 mondial du textile et de l’électronique, la multinationale a une responsabilité colossale dans notre modèle de surproduction et de surconsommation. Le transport des produits qu’elle vend à travers le monde requiert des centaines de millions de trajets de camions, des millions de trajets en bateau et environ 48 000 trajets en avion. Son activité de stockage de données informatiques émettrait l’équivalent des émissions de la Norvège chaque année. Bref, les activités de la multinationale sont totalement incompatibles avec une transition écologique juste[7]

D'autres arguments peuvent être avancés pour s'opposer à Amazon : sa volonté monopolistique, son combat contre les organisations syndicales et leurs représentants, les clauses de confidentialité imposées aux élus pour dissimuler ses projets d'entrepôts, ses recherches et développements sur la reconnaissance faciale et autres produits de surveillance et d'utilisation des données personnelles,...

Vivre sans Amazon, un autre monde est possible

Vivre sans Amazon[8]  ce n'est pas un "retour à la bougie". Si nous ne faisons rien pour stopper Amazon, quand dans 10 ans, au lieu de dire, je vais faire mes courses, nous dirons "je vais amazoner" parce qu'Amazon aura éradiqué toutes les autres formes de commerces, pourrons-nous considérer que notre société a progressé ?

Emprunter d'autres voies aurait pu se traduire par préserver et développer les commerces locaux, privilégier des circuits courts et les produits locaux pour limiter les transports, limiter la consommation de produits venant de l'autre bout de la planète, limiter notre consommation, faire preuve de sobriété pour préserver la planète et ses ressources. Les importations de bœuf argentin, de soja transgénique brésilien, d'huile de palme de Malaisie et d'Indonésie et de bois tropicaux ont provoqué une déforestation massive : entre 2010 et 2018, la perte de couverture forestière s’est aggravée de 30 %, avec en moyenne 12 millions d’hectares détruits par an, soit 8,5 millions d’hectares par an de plus comparé à la période 2002- 2009[9]. Tout est lié : La déforestation est une source fréquente et bien connue d’émergence de zoonoses en provenance des animaux sauvages[10] et le COVID-19 et les confinements qu'il a entraîné ont permis une croissance importante des ventes d'Amazon qui nous entraîne dans une spirale infernale : alors quand est-ce qu'on bifurque ?

Le gouvernement peut et doit agir pour stopper l'expansion d'Amazon

Le 30 janvier, plusieurs collectifs locaux d'opposants à des projets de construction d'entrepôts Amazon organisent des actions pour dénoncer Amazon et ses projets. A d'autres endroits, des actions seront organisées pour sensibiliser la population aux méfaits d'Amazon[11].

Le gouvernement peut facilement agir pour freiner l'expansion d'Amazon : le moratoire sur l'expansion des surfaces commerciales comprenant les entrepôts d'e-commerce réclamé par la convention citoyenne sur le climat doit être réintroduit dans le projet de loi climat, la mise en œuvre de mesures permettant d'arrêter la fraude à la TVA comme en Allemagne, au Royaume-Uni ou au Luxembourg (obligation de domicilier en France les revenus des ventes, prélever la TVA à la source,...)

Notes :

[1] http://www.kavalacapital.com/content/20201201-Rapport_ecommerce.pdf 

[2] https://www.capital.fr/entreprises-marches/amazon-un-rapport-alarmant-sur-les-conditions-de-travail-a-montelimar-1285393

[3] https://www.humanite.fr/exclusif-les-chiffres-caches-du-travail-chez-amazon-en-france-699057

[4] https://reporterre.net/Le-reve-d-Amazon-des-robots-pour-se-passer-des-travailleurs

[5] https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports/article/note-amazon-cdiscount-ebay-wish-fraude-massive-a-la-tva-sur-les-places-de

[6] https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/11/10/bruxelles-accuse-amazon-d-avoir-enfreint-les-regles-europeennes-de-concurrence_6059246_3234.html

[7] https://www.amisdelaterre.org/wp-content/uploads/2020/12/les-impacts-du-e-commerce-en-france-2020.pdf 

[8] https://vivresansamazon.org

[9] https://planete.lesechos.fr/enquetes/plus-que-dix-ans-pour-sauver-les-forets-tropicales-809/ 

 [10] https://www.fondationbiodiversite.fr/modification-des-ecosystemes-et-zoonoses-dans-lanthropocene/

[11] https://www.stop-amazon.fr/Stoppons-Amazon-a-Fournes-et-Ailleurs

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat