[7 novembre] Forum des alternatives du mouvement social



« La gauche peut mourir », « il faut en finir avec la gauche passéiste », « my government is pro-business » : Manuel Valls revendique son entreprise de démolition. La gauche semble tout entière tétanisée par cette dérive droitière. Mais dans la société des mouvements résistent, innovent, créent aujourd’hui le monde de demain. Des chercheurs, des économistes travaillent à leurs côtés. Le Forum des alternatives du mouvement social qui se tient le 7 novembre à l’Assemblée Nationale veut les faire dialoguer entre eux et avec des élus qui résistent. L’alternative est déjà là : c’est nous !

Par Thomas Coutrot (Collectif d'audit citoyen) et Henri Sterdyniak (Economistes atterrés)

Le pied sur l’accélérateur et le poing sur le klaxon, François Hollande et Manuel Valls foncent vers le mur, et nous avec. Le budget 2015 accélère encore la course au désastre. L’argent pris aux contribuables, à la protection sociale et aux services publics va vers les actionnaires et les créanciers, sans aucun effet sur l’emploi. La transition écologique n’est pas financée. La démocratie est menacée dans ses fondements.

Comment interrompre le cours actuel des choses ? Résister d'abord : il faut d'urgence stopper ces politiques déflationnistes, arraisonner la finance, relancer l'économie et l'emploi. Mais nous savons aussi qu'on ne réduira  pas le chômage de masse, les inégalités  et le poids de la dette, par une simple relance de la consommation et de la croissance. Justice sociale et préservation écologique ne peuvent plus être pensées séparément. La crise écologique nous oblige à redistribuer et repenser les richesses plus qu'à les faire croître sans limites. À construire des solidarités européennes et internationales. À chambouler, surtout, nos manières de produire, de consommer, de vivre, et aussi de penser.

Oui, mais comment faire ? Devant le reniement de toutes ses valeurs par François Hollande et Manuel Valls, le peuple de gauche est tétanisé. Le Parti socialiste est au bord de l’explosion mais tout la gauche est touchée par cet effondrement moral et politique qui sape les valeurs de solidarité, d’égalité, de démocratie et fait le jeu de l’extrême-droite. La reconstruction d’une alternative politique est nécessaire, mais n’apparaît pas à portée de main. Si en Espagne et en Grèce de nouveaux partis semblent en mesure de construire un jour pas si lointain des majorités pour rompre le consensus néolibéral européen, c’est parce que de puissants mouvements sociaux ont secoué ces pays et ébranlé les équilibres politiques traditionnels. Mais même là, il n’y aura pas d’issue sans une mobilisation en profondeur des sociétés, dans ces pays et plus largement en Europe.

Car ce sont les  mouvements sociaux – bien au-delà des organisations syndicales et associatives établies – qui sont et seront à la pointe des chamboulements nécessaires. Dans les entreprises et les métiers, dans les quartiers, dans les campagnes, ce sont eux qui réinventent l'économie et le politique par leurs initiatives. Chacun à leur place, ils défendent les services publics et créent des biens communs – pour l'alimentation, l'énergie, le transport, le logement, la culture, l'éducation, la santé, le financement....

 Ils résistent et ils ont des alternatives pratiques et théoriques. Mouvements de base, coordinations, associations, syndicats, économistes et chercheurs critiques, inventent le monde de demain. Il devient urgent de confronter et de faire converger analyses et projets, de les construire sans attendre que la solution vienne d'en haut.

Ils savent qu'il faudra aussi, et en même temps, innover sur le terrain politique comme sur le terrain social, pour réinventer les politiques publiques, C'est pourquoi le dialogue est nécessaire avec ceux des élus qui recherchent d’autres voies que celles de la soumission aux exigences  du capitalisme financier.

Ce 7 novembre, le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique et les Économistes atterrés organisent un Forum des alternatives du mouvement social, à l'Assemblée nationale, à l'invitation de députés appartenant à quatre formations de gauche. Syndicalistes, chercheurs, militants associatifs, acteurs de mouvements de base dialogueront entre eux et avec des élus nationaux. Il ne s’agit pas de définir un quelconque programme commun mais de réfléchir ensemble aux moyens de mettre en visibilité et en synergie nos luttes et nos alternatives, pour contribuer à modifier le rapport des forces qui nous est aujourd’hui particulièrement défavorable. Nous n’avons pas le choix : l’urgence sociale, les périls écologiques majeurs nous contraignent à travailler ensemble.

Le 7 novembre de 9 h 30 à 17 h, salle Victor Hugo à l’Assemblée nationale (101, rue de l’Université). À l’initiative du Collectif pour un audit citoyen de la dette publique et des Économistes atterrés. Inscription préalable nécessaire avant le 3 novembre à l’adresse : 7nov@attac.org.

Programme

9 h 30 : Ouverture Henri Sterdyniak (Économistes Atterrés)

Matin : animation Frédéric Lemaire (Attac)

9 h 40 — 10 h 30 : Libérer le budget de la tutelle des marchés financiers

  • Michel Husson, Audit citoyen, Fondation Copernic

  • Pierre-Yves Chanu, Confédération CGT

  • Lucie Watrinet, Plateforme paradis fiscaux et judiciaires

  • Rebond : Nicolas Sansu, PCF-FdG

10 h 30 — 11 h : débat avec la salle

11 h — 11 h 45 : Engager la transition écologique et sociale

  • Anne Bringault, Réseau Action Climat

  • Mireille Bruyère, Économistes Atterrés

  • Etienne Espagne, Cired

  • Rebond : Sergio Coronado, EELV

11 h 45 — 12 h 15 : débat avec la salle

12 h 15 — 13 h 30 déjeuner libre

Après-midi : animation Sabina Issehnane (Économistes Atterrés)

13 h 30 — 15 h : Services publics, urgences sociales, biens communs

  • Jean-Baptiste Eyraud, Droit au Logement

  • Pascal Maillard, Sciences en marche

  • Claire Marx, Gaël Leveugle, Coordination des intermittents et précaires IdF

  • Françoise Nay, Coordination de défense des hôpitaux et maternités de proximité

  • Patrick Saurin, Sud-BPCE, Audit citoyen

  • Rebond : Isabelle Attard, Nouvelle Donne

15 h — 15 h 30 : débat avec la salle

15 h 30 — 16 h 15 : Sortir de la guerre économique

  • Benjamin Coriat, Économistes atterrés

  • Josie Riffaud, Confédération Paysanne

  • Txetx Etcheverry, Bizi !, Alternatiba

  • Rebond : Pouria Amirshahi, PS

16 h 15 — 17 h : débat avec la salle

17 h : Conclusions : Thomas Coutrot, Attac, Audit citoyen

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.