AutreConfinement
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2020

Journal 1

Alors voilà, depuis 2 semaines, comme tout le monde, je suis confinée. La boule dans la gorge a grossi, et elle est maintenant quasi-permanente: comment vais-je trouver un emploi maintenant que les employeurs vont pouvoir forcer les gens à travailler plus, au lieu d'employer ? J'ai des crises de larmes, de désespoir, de rage aussi...

AutreConfinement
Sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors voilà, depuis 2 semaines, comme tout le monde, je suis confinée. La boule dans la gorge a grossi, et elle est maintenant quasi-permanente: comment vais-je trouver un emploi maintenant que les employeurs vont pouvoir forcer les gens à travailler plus, au lieu d'employer ? J'ai des crises de larmes, de désespoir, de rage aussi. Et je m'en veux de ne pas arriver à faire des compromis parce que pour moi, c'est de la compromission. Je  m'en veux de ne pas arriver à faire l'autruche concernant ce que nous avons fait et qui va mener à des situations que je sais peu enviables, et que pourtant nous ne savons pas dessiner. Je me sens oppressée de ne pas savoir dessiner mon propre avenir, de constater que beaucoup de gens veulent et croient qu'après la pandémie, tout redeviendra comme avant. Ils ne font pas le lien entre la pandémie, l'extinction massive du vivant et nos façons de vivre et de croître, toujours croître. Et puis, aussi, je me sens coupable de ne rien faire. De ne pas vouloir retravailler comme infirmière. De ne rien apporter à cette société, même si je la trouve dans l'ensemble peu désirable. Après tout, nous sommes tous dans le même bateau, même si beaucoup trop de gens ne le savent pas et ne veulent pas le voir.

J'ai cousu quelques masques, je les ai proposé au CHU de ma ville. Je n'ai pas reçu de réponse. J'ai donné ceux que j'avais confectionnés au boulanger de mon quartier. Je ne sais même pas s'il vend encore. Il n'y a personne dans le quartier, les squares sont vides. Que la vingtaine de garçons qui traînent ensemble et tristement dehors, pour des raisons qui leur appartiennent. Je suis inscrite sur une liste de la Croix-Rouge comme bénévole, sur le site gouvernemental de réserve civique, sur le site pour aider les agriculteurs. Tous les jours je continue à regarder les annonces sur Pôle Emploi. Il n'y a presque rien, à part les intérims. Je suis tiraillée entre la peur de sortir, la peur de reprendre un travail et de ne pas me sentir bien, la peur de tomber malade, la peur de ne pas trouver de travail après.

Et sinon, je suis seule, je ne peux pas profiter du printemps qui est ma saison préférée, puisque les parcs et les beaux espaces sont fermés. Je suis seule, comme d'habitude. Je tourne en rond, et je n'ai même pas quelqu'un avec qui me disputer, auprès de qui me consoler. J'ai fait des réserves, je me fais à manger. Il y a des jours où je ne m'informe pas, parce que je ressens une forme de lassitude envers YouTube et Médiapart. Je regarde des séries ou des documentaires sur ARTE. Je tiens mon appartement propre, mais pas plus qu'avant. J'ai planté des plantes sur mon balcon, j'ai fait quelques pots de sauge à offrir à des personnes que j'aime. Mais je n'ai presque plus de terre et plus de pots où planter. Je téléphone un peu plus souvent, notamment avec ma famille, mais... je n'ai pas grand-chose à raconter. Et eux non plus. Une amie, célibataire comme moi, me disais qu'elle en avait marre des gens qui ont des enfants et qui se plaignent, car après tout, ils ont choisi d'en avoir. Elle voit ça sur les sites sociaux, ceux que j'ai déserté. Et je comprends que ça ne doit pas être facile de vivre enfermé en famille. Mais qui se soucie de celles et ceux qui sont inutiles, ne servent à rien, sont seul.e.s et n'ont rien à dire d'autre que leur peur et leur désespoir? Ça fait longtemps que je sais que la solitude n'intéresse personne. Parce que c'est surtout du vide, qu'on essaie parfois de remplir comme on peut.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige