Journal 2

Je travaille dans le transport routier depuis un peu plus de 15 ans. Une partie de mes collègues est en chômage partiel, suite aux fermetures d'entreprises dans plusieurs secteurs. Je continue mon travail avec d'autres collègues. Nous n'avons ni masques, ni gel nettoyant, ni gants, ni rien. Nos véhicules et notre matériel ne sont pas désinfectés...

Je travaille dans le transport routier depuis un peu plus de 15 ans. Une partie de mes collègues est en chômage partiel, suite aux fermetures d'entreprises dans plusieurs secteurs. Je continue mon travail avec d'autres collègues. Nous n'avons ni masques, ni gel nettoyant, ni gants, ni rien. Nos véhicules et notre matériel ne sont pas désinfectés. Sur la route, les restaurants sont fermés, les douches et les toilettes aussi. Certains parkings sont fermés, ce qui rend les pauses difficiles. On nous parle de possible rallongement des horaires qui sont déjà très longs et difficiles à tenir avec l'inquiétude pour nos familles. Pour certains qui participent au transport de produits alimentaires, nous savons que notre mission est importante et ça nous aide à tenir les journées. Mais nous sommes inquiets. Et pour d'autres, les produits transportés ne sont pas de 1ère nécessité...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.