UE et paradis fiscaux

hong kong chine et démocratie : en cherchant sur hong kong ce matin je suis tombé sur ça .

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/exclusif-neuf-paradis-fiscaux-rehabilites-par-bruxelles_2065711.html

Pour l'ONG Oxfam, qui s'était félicitée de la publication fin 2017 de la toute première liste européenne des paradis fiscaux à travers le monde, la seconde édition devrait avoir le goût amer des regrets. "Les Bahamas, les Bermudes, Guernesey, Hong Kong, l'île de Man, les îles Caïman, les îles Vierges britanniques, Jersey et le Panama : les ministres des Finances de l'Union européenne semblent disposés à réhabiliter neuf des pires paradis fiscaux au monde dans leur prochaine liste, qui sera dévoilée le 12 mars prochain", se désole Quentin Parrinello, en charge des questions de justice fiscale chez Oxfam France.

Ces derniers sortiraient donc de la liste dite "grise", ou liste de surveillance, qui comptait alors 63 pays. La liste noire, recensant les paradis fiscaux ayant refusé de coopérer avec les 27, afficherait quant à elle les cinq mêmes petits états insulaires : Guam, les îles Vierges américaines, Samoa, Samoa américaines et Trinité-et-Tobago.

La raison de cette vague rédemptrice ? Il suffit d'envoyer une lettre de "contrition" à Bruxelles, énumérant les efforts que l'on est prêt à faire afin de retrouver le chemin de la probité pour disparaître de l'infamant listing. "Pour soi-disant éradiquer les sociétés boîtes aux lettres, nombre de ces paradis fiscaux ont par exemple expliqué que les entreprises devraient désormais témoigner d'une activité réelle sur leur territoire, le problème c'est qu'en ne définissant par cette notion d'activité réelle, ils laissent le champ libre aux interprétations des avocats fiscalistes", pointe Quentin Parrinello. 

Autre biais, l'Union européenne ne considère les incitations fiscales comme préjudiciables que si elles confèrent aux entreprises étrangères un avantage sur leurs homologues locales. C'était notamment le cas de Hong Kong. Maligne, l'ancienne colonie britannique n'a eu, pour s'extirper de l'infamante liste, qu'à étendre ses avantages fiscaux aux sociétés locales. "Suffisant pour Bruxelles, alors qu'in fine cela va accroître l'évasion fiscale à Hong Kong !", s'étrangle l'expert d'Oxfam. 

[...]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.