L'EGLISE ET LES MIGRANT-E-S EN DANGER - Interview d' une bénédictine : SOEUR M .

Suite à une manifestation, aux USA, en juillet dernier, contre le décès de sept enfants de migrant-e-s, dans un centre de rétention, des hommes et des femmes d'église ont été arrêtés et menotté-e-s. Leurs images ont fait le tour du monde, par le bais de l'internet. Pour en savoir un peu plus, nous avons décidé de donner la parole à une femme d'église : une bénédictine. Soeur M.

 Interview de 

SOEUR  M* .

de la 

COMMUNAUTE des BENEDICTINES de SAINT THIERRY (France)

  

    Awa Thiam (A.T.) - Des hommes et des femmes d’église ont été arrêté-e-s et menotté-e-s, aux USA, en juillet dernier. Et cela pour avoir protesté relativement au décès de sept enfants de migrant-e-s -décès survenu dans leur centre de rétention. Leurs images ont fait, par le biais de l’Internet, le tour du monde. Qu’en pensez-vous, Soeur M.?

    - Soeur M. : Je ne les ai pas vues. Cependant, leur protestation a, pour moi, une signification essentielle : les migrant-e-s sont des personnes, des êtres humains. Nous ne devons pas être insensibles à leur sort. Nous devons tâcher de comprendre le pourquoi de leur déplacement et les assister. Qu’il s’agisse de groupes ou d’individualités, nous devons leur être solidaires. Telle est la leçon que font, à l’humanité, toutes ces personnes -hommes et femmes d’église- par leur protestation. Ce devoir, le Pape François ne cesse, d’ailleurs, de le rappeler.

    A. T. - Comprenez-vous les causes de ces migrations massives?

    - Soeur M. : C’est l’évolution du monde qui amène à ces grandes migrations.
Depuis que le monde est monde, il y a eu des déplacements de population, suite à des persécutions, à des conflits, à des guerres…

    A. T. - Le monde occidental peut-il accueillir et assister toutes ces personnes en migration?

    - Soeur M. : la difficulté réside dans le fait que se pose un problème de connaissance. En effet, lorsqu’il s’agit de membres de notre famille, nous n’hésitons pas. Nous savons à qui nous avons affaire... Les réticences viennent surtout de la non-connaissance, de l'ignorance. Et cela en dehors du fait qu’il y a une crise qui sévit sur les cinq continents.

     A. T. -  Michel Rocard disait que "la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde… La France et l’Europe peuvent et doivent accueillir toute la part qui leur revient de la misère du monde!"

    - Soeur M. : Il est vrai que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle peut beaucoup… L’Occident aussi.
Et si je me réfère à ce que disait le Pape François, alors je me dis que c’est bien possible. En effet, le Pape dit et redit souvent, en d’autres termes, que pour en finir avec toutes ces migrations massives, il faudrait que les dirigeants de ce monde s’assoient, se parlent et prennent ensemble des décisions appropriées. » Le Pape François a tout à fait raison. Mais ces dirigeants sont-ils disposés à le faire? Vont-ils le faire?

    A. T. - Ce sont là d’excellentes questions qui renvoient, chez le Pape François, à un souci de l’autre très profond.

   - Soeur M. : Oui, un souci de l’autre bien ancré. Aussi, par-delà ce souci, il y a l’idée que tout être humain a, aux yeux de Dieu, la même valeur. Et, pour en revenir aux migrant-e-s, dans la mesure où ce sont des êtres humains comme les autres, leur situation devrait être sérieusement prise en considération. Nous ne le rappellerons jamais assez : les migrant-e-s sont des personnes. Il est inadmissible de les laisser mourir. Nous sommes en contact avec des structures telles que le Secours catholique et l’Accueil Saint Vincent de Paul (Conférence Saint Vincent de Paul) qui nous mettent elles - mêmes en lien avec d’autres structures telle que l’Association Welcome; mais elles sont débordées…Il faut compatir encore et aider. L’égoïsme tue, là où l’Amour sauve. Les hommes et les femmes d’église menotté-e-s nous ont rappelé, par leur action, un message que nous livre, souvent, le Pape François. Ce message n’est pas destiné aux seul-e-s chrétien-ne-s. Il s’adresse à toute l’humanité.

_____

Soeur M. ne souhaitait pas que son nom figurât dans cette interview. Ses soeurs bénédictines de Saint Thierry la reconnaîtront. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.