Axel J
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

4 Éditions

Billet de blog 14 avr. 2008

Axel J
Abonné·e de Mediapart

A la banque Sampo, les problèmes informatiques se règlent parfois à la hache

Axel J
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis la tentative d'harmonisation des systèmes informatiques de la Sampo Pankki et de la Danske Bank, commencée depuis déjà le dimanche de Pâques 2008, une hémorragie de sa clientèle frappe la Sampo, banque finlandaise rachetée dès le 1er février 2007 par le groupe danois.

Tout fonctionnait très bien sous le système de conception finlandaise, et on peut encore voir ce que ça donnait sur les sites de ses filiales lettone (Sampo Banka) et estonienne (Sampo Pank); du reste, les Finlandais sont des habitués des transactions en ligne, sous toutes leurs formes, et font partie de ces peuples qui statistiquement utilisent le moins l'argent liquide, et les chèques encore moins.

Mais la "maison-mère", la Danske Bank, tenait à ramener Sampo sous son système propre aux Danois, une opération à haut risque pour les équipes informatiques, qui aurait pu se dérouler au mieux, mais qui, malheureusement, n'a cessé de causer toutes sortes de désagréments, parfois graves ou inquiétants.

Ainsi parmi les problèmes reportés par les clients, particuliers ou entreprises: accès refusés au site et aux comptes en ligne, cartes de crédit et de débit refusées aux distributeurs et aux points-paiement, relevés de compte indiquant zéro euro sur le compte, virements non effectués vers d'autres banques, virements ou paiements en provenance d'autres banques non transférés sur le compte, messages et instructions contradictoires à l'écran.

Ces bugs et ces désagréments déjà inquiétants s'accompagnent, selon certains experts informatiques, de sérieux manquements à la sécurité et à la confidentialité, ainsi que d'une propension à mémoriser une somme d'informations personnelles assez inhabituelle.

Pour l'anecdote, celui qui a paniqué et s'est engouffré dans une agence de Lahti, menaçant, une hache en main, de "faire un malheur": un client de 55 ans, après avoir consulté son solde à zéro euros, et entendu que la société de change Forex n'acceptait plus les paiements par carte Sampo, ni la société des chemins de fer l'achat de billets de train en ligne.

Tout semble rentrer dans l'ordre, petit à petit après tout de même près de trois semaines, et beaucoup de clients aussi n'ont pas connu d'autre problème que les accès difficiles au site, et l'accoutumance à des services en ligne bien moins attrayants mais surtout moins informatifs, notamment quant à la remontée loin dans le temps (qu'offrait entre autres, jusqu'à présent le système finlandais), mais le mal est fait:

Beaucoup de clients sont déjà partis ouvrir un compte ailleurs ou transférer leurs crédits sur leurs autres comptes.

La Danske Bank est restée, au Danemark, très discrète à propos de ces problèmes. Quant aux chiffrage définitif du côté finlandais de Sampo Pankki, on n'en saura le fin mot, probablement que dans quelques jours ou dans quelques semaines.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85