L'armée finlandaise contre l'embonpoint: un rapport de forces inégal

"Même le diamètre de nos assiettes a augmenté au fil des ans depuis 40 ans", remarque Pertti Mustajoki, un universitaire spécialiste de l'équilibre alimentaire, qui pointe la mission impossible tentée à l'armée pour changer les habitudes alimentaires prises de longue date durant toute l'enfance.

"Même le diamètre de nos assiettes a augmenté au fil des ans depuis 40 ans", remarque Pertti Mustajoki, un universitaire spécialiste de l'équilibre alimentaire, qui pointe la mission impossible tentée à l'armée pour changer les habitudes alimentaires prises de longue date durant toute l'enfance.

Six kilos d'embonpoint de plus, en moyenne, chez les nouveaux conscrits en 14 ans, ça n'a l'air de rien, mais c'est une menace prise très au sérieux par les officiels de l'armée, qui rejoignent d'ailleurs d'autres études et programmes sur le même sujet, par exemple dans la police ou chez les pompiers.

L'étude de l'armée, commencée au début de l'année 2007, donnera lieu à l'automne à des évaluations des taux de lipides et de lipo-protéines chez les conscrits, après avoir instauré des programmes dans leurs cantines et cafés, visant à promouvoir certains choix de boissons et d'aliments "light". Des expériences qui paraissent d'ores et déjà peu suivies par les jeunes gens bien trop tentés par leurs mêmes vieilles habitudes alimentaires trop riches et peu équilibrées, surtout en cette situation de leur vie où il leur faut fournir beaucoup d'efforts physiques.

 

C'est une lutte inégale et même incongrue, pour les forces armées: avoir à se préoccuper de questions de santé publique qui concernent avant tout les conscrits durant toute leur enfance, une période de leur vie sur laquelle l'armée n'a pas d'influence!

Quant à parvenir enfin à faire le lien global entre cette question de santé publique, la question de la défense efficace du pays, mais aussi la croissance économique et les déséquilibres de la faim au niveau mondial, même en joignant les efforts de toutes les cafétérias de la police, des pompiers et de l'armée réunies, je doute que les diverses industries alimentaires et leurs bénéficiaires se laissent aussi facilement influencer...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.