Lettre d’un confiné

Une lettre écrite lors du premier confinement mais toujours d’actualité. Un soliloque que j’ai humblement posé sur papier. L’âme qui me chuchotait les mots et la plume qui faisait couler l’encre.

2020 restera une année si spéciale , elle débuta par l’épreuve du cœur . Une solitude difficile mais loquace.

Le début d’une profonde introspection.

J’ai embrassé l’esprit de solitude de Jacqueline Kelen, pris de plein fouet le cygne noir, le côté imprévisible de la vie.

La vie avec ses plaisirs, ses joies , ses rires , ses belles rencontres, ses souffrances et ses séparations.

J’ai appris avec le temps et la réflexion qu’elle n’est pas un hédonisme.

J’ai dans cet hiver,  continuer à prendre soin de mon âme, convaincu que la persévérance finira par m’ouvrir des fenêtres sur des horizons meilleurs .

Un virus , une vie de confiné , j’ai crée dans ce marasme , un paradis ineffable.

J’ai tout déconstruit pour reconstruire un univers plus revigorant.

Moi qui pensait savoir pléthores de choses, l’ignorance frappa à ma porte.

J’ai titubé mais l’humilité ne m’a jamais quitté.

J’ai pris le temps de mûrir dans cette longue adversité.

Revenu à l’essentiel, j’ai erré dans la nature, jours après jours , seul avec mes bouquins ,  mes  crayons et mon calepin.

On nait pas devin mais simplement humain, on a mis du sens dans cette tempête.

On accepte savamment sa vulnérabilité.

J’ai pris le temps d’écouter profondément cette petite voix intérieure, convaincu que la lumière finira par caresser mon visage .

J’ai accueillit le printemps plus jovialement.

La nature et ses fleurs se fanent pour redonner des couleurs majestueuses.

Je renais de mes cendres , plus serein plus fort. L’obscurité m’a fait comprendre que la liberté ne se quémande pas , elle se gagne. 

J’ai également compris qu’il fallait d’abord être un bon compagnon pour soi.

L’été a réchauffé mon être, candide , j’ai renoué avec cette ataraxie d’enfant.

Sans peurs, sans barrières, j’ai appris tout de même à assurer mes arrières.

N’ouvrir son cœur qu’aux amours à réciprocité.

Et voilà maintenant l’hiver qui revient , une année 2020 qui s’achève d’ici quelques jours.

Apaisé , en paix avec soi même, persuadé que l’avenir m’offrira de belles surprises.

Azdine Salhi 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.