La Novlangue

La Novlangue est partout en particulier dans le monde du travail où seul le productivisme comptable prime. Peu ou prou , elle s'est intégrée dans les langages et les codes des entreprises dont le profit , la rentabilité sont les finalités. Cette Novlangue répond à cette obsession du désir mimétique de ressembler au modèle dominant mais perfide; le capitalisme et son néo management.

 

La Novlangue, à lire ce mot , cela fait beau mais dans le fond et dans le creuset des habitudes , des quotidiens on y découvre un monde vorace capitaliste,l'envers du décor est lugubre et morose.
Le bien être et l'humanité ont cédé leurs places à une course aux profits totalement loufoque.
Cette novlangue est l'essence du vide de la superficialité ,du faux semblant.
Un néo management sournois qui donne l'illusion d'une liberté de se gérer soi même.
La novlangue a conquis les masses de peur de ne pas obtenir leurs prébendes.
Elle en a fait de beaux épigones qui sans vergogne se dévorent pour satisfaire leurs ambitions malsaines.
Elle en a que faire de l'être et de son humanité , son honneur , sa vertu, seul l'argent compte.
L'argent dette s'irrigue en maître tyrannique et dirige des êtres pusillanimes.
La ressource humaine et la confiance sont bafouées .
La nature, bien le plus précieux est souillée pour satisfaire ces bêtes humaines, obsédées par les chiffres et le toujours plus.
Elle part en guerre contre le sens la profondeur , le savoir et l identité.
La novlange et ses expressions qui veulent tout et ne rien dire à la fois, elle donne cette chimère de la nouveauté , de la maîtrise alors qu'elle n'est que mimétisme et néant.
Elle vient étouffer la beauté des mots et de la langue.
Elle est subtile et inutile , seuls les perspicaces la démasquent. Azdine Salhi

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.