Délétère surconsommation

Un regard critique sur la surconsommation qui a engendré pléthores de souffrances en faisant de la possesion de l'avoir les finalités. Comme si la vie n'avait de sens uniquement sous un prisme où l'argent le profit sont les seules pitances. Hélas nous sommes nombreux à avoir delaissé l'être qui sert de boussole et qui est la véritable source de joie de vivre , de bonheur.

Dans cette quête à la surconsommation, ce sont nos âmes qui agonisent et notre bien être qui s'amenuise.
On y laisse beaucoup de plumes pour finir avec des coeurs plein d'amertume.
Dès l'enfance, on nous a fait croire que les possessions seront une libération hélas elles  sont devenues une obsession.
Seuls les êtres curieux cherchent un sens à leur vie, chose que ce désir mimétique laissé aux mains des voraces , refuse.
On s'use a courir sur cette roue en faisant de sa vie une profonde monotonie.
La symphonie de la vie oblige les êtres doués de raison à s émerveiller à s'aimer et se sentir vivant.
Ils enjolivent toujours leurs fausses promesses pour faire de le la frustration , la norme.
Nous pansons nos carences dans cette hyper consommation , une vision du bonheur qui était un rêve devient un enfer qui rythme les journées.
Nous désirons toujours plus donc nous préférons ajourner nos instants présents et faire confiance aveuglement à l'avenir.
Le meilleur reste à venir , seulement pour les sages qui sont déjà heureux dans le contentement.
La beauté se transforme en laideur lorsque la singularité et l'esprit critique sont absents.
Les énamourés de la surconsommation ne pensent point , trop tétanisés a l'idée de moins posséder.
La pire des ignorances est qu'on nous a ôté la vie sans même se douter qu'exister seulement était la voie à suivre. Azdine Salhi

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.