B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 nov. 2018

Dans l'académie de Versailles, un stage commando pour les chefs d'établissement

Une quarantaine de chefs d’établissement de l'académie de Versailles rassemblés dans un camp militaire pour un stage de « gestion de crise » : entre burlesque et sordide, mais pas nouveau.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une quarantaine de chefs d’établissement de l'académie de Versailles rassemblés dans un camp militaire pour un stage de « gestion de crise »  : entre burlesque et sordide, mais pas nouveau.  Burlesque dans la mise en scène de chefs d’établissement en tenue commando s’amusant comme des gamins sur une cour de récréation à jouer aux gendarmes et aux voleurs, burlesque également par le décalage entre le quotidien et les exigences légitimes de leur fonction et les désordres imaginaires auxquels ils font semblant de faire face. Sordide parce que ce type de formation paramilitaire – et les préoccupations auxquelles elle renvoie – prend place dans une logique parano/sécuritaire qui semble devenir la norme à l’Education nationale. Sordide, surtout, devant le spectacle d’adultes chargés d’une mission éducative, accepter de se soumettre aussi servilement aux injonctions infantilisantes de leur hiérarchie, à une parodie de formation destinée à tester leur compétence à obéir. Pas nouveau, parce que des stages de même nature sont organisés en France depuis plusieurs années, sans rencontrer beaucoup d’opposition. Déjà en 2016, 300 chefs d’établissement avaient participé à un stage organisé au centre de formation de la gendarmerie de Saint-Astier (Dordogne).

De fait, les attentats terroristes de 2015 ont été pour l’école le point de départ d’un tournant sécuritaire, directement inspiré par des représentations traditionnelles de l’extrême-droite, adoptées par les gouvernements successifs et largement acceptées par les premiers concernés, avec une facilité déconcertante (1). Etablissements bunkerisés, surveillance généralisée, dispositifs anxiogènes qui, à défaut de dissuader les terroristes ont surtout pour effet d’effrayer les élèves (voir par exemple ces effarants exercices anti-intrusion désormais rentrés dans les mœurs, y compris en maternelle…).

L’alibi de la menace terroriste ne trompe pas grand monde. Ces dernières années, les établissements sont passés du PPMS (plan particulier de mise en sécurité) « risques majeurs », aux PPMS « attentats », et aujourd’hui PPMS « attentats et intrusions ». Intrusions de terroristes ? A Versailles, une chef (d’établissement) reconnaît sans beaucoup de distanciation que le stage cible les menaces venant de « l’intérieur des établissements » (donc les élèves) ou « les parents ». Un aveu qui a le mérite de la clarté. C’est considérer, sans l’avouer ouvertement, que les troubles inhérents aux établissements scolaires requièrent une réponse policière voire militaire. La réaction du gouvernement à la très douteuse campagne #pasdevague s’inscrit dans cette logique purement répressive. C’est aussi renforcer le sentiment de peur largement répandu dans l’opinion publique et entretenu par des politiciens chez qui le discours sécuritaire, inépuisable filon, autorise toutes les manipulations : dans la société civile, avec un état d’urgence devenu permanent détourné vers la répression de toutes les contestations et à l’école, un état du soupçon permanent pesant sur les élèves.

Enfin, la dimension militaire de cet inénarrable stage de « gestion de crise » vient rappeler la place préoccupante concédée à l’armée dans le cursus des élèves avec l’éducation à la défense et le service obligatoire imposé aux lycéens mais également aux enseignants et aux chefs d’établissement qui devraient se rendre compte que la caporalisation à l’œuvre dans l’Education nationale ne s’arrêtera peut-être pas aux seuls élèves.

(1) « A travers nos deux ministères [Education nationale et Intérieur], ce sont deux piliers de notre République qui se mobilisent conjointement. Une mobilisation qui s'accompagne d'un changement radical de culture. » (Najat Vallaud-Belkacem, 04/11/2015).

(2) « Les ministres signataires [Education nationale et Défense] soulignent l’importance des actions conduites en partenariat par des enseignants et des militaires afin d’établir des relations pérennes. La participation aux enseignements scolaires et universitaires fait partie intégrante des actions de rayonnement confiées aux cadres militaires. » (Protocole Défense-Education, 20/05/2016)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali