B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2017

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Blanquer : un projet d'extrême-droite pour l'école

" Jean-Michel Blanquer reprend à son compte nos idées sur l'école. Je ne peux que m'en féliciter." Cette déclaration de Marine Le Pen, faut-il la minimiser, la relativiser, y voir comme une forme de provocation de la part de la leader FN ? Ou bien au contraire, convenir que Blanquer est en train de donner aux thèses de l’extrême-droite une légitimité inespérée ?

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Jean-Michel Blanquer reprend à son compte nos idées sur l'école. Je ne peux que m'en féliciter. C'est une victoire idéologique pour nous, et une défaite des pédagogistes, qui ont fait tant de mal au pays ! » (Marine Le Pen dans le cadre du forum Ecole et Nation, 08/12/2017) Faut-il rajouter quelque chose, minimiser, relativiser cette déclaration, y voir comme une forme de provocation de la part de la leader FN ? Ou bien au contraire, convenir que Blanquer est en train de donner aux thèses de l’extrême-droite une légitimité inespérée ?

Le plus simple est encore de se reporter au programme éducatif de Le Pen pour les présidentielles du printemps dernier. On y trouvait, pêle-mêle : l’accent mis sur les rudiments (lire, écrire, compter) enseignés de façon traditionnelle (syllabique, méthodes répétitives etc) au détriment de l’ouverture au monde, la priorité donnée aux grands textes du patrimoine littéraire et aux exercices de grammaire, un enseignement de l’histoire réduit au roman national, une place accrue accordée aux langues anciennes, le rétablissement du redoublement, la multiplication des évaluations et des examens visant à une orientation précoce des élèves, la baisse du nombre des bacheliers, une surveillance accrue des élèves ( recours à l’internat pour les élèves à problèmes, port d’un uniforme scolaire, durcissement d’une laïcité punitive), à tous les niveaux renforcement de la hiérarchie et des pouvoirs de l’administration.

Quelques mois plus tard, on est bien obligé de constater que ce programme, brutalement réactionnaire dans ses objectifs comme dans ses modalités, est déjà largement en cours d’application. Le plus officiellement du monde, avec Blanquer comme maître d’œuvre. Ejectée par la porte aux élections, l’extrême-droite rentre par la fenêtre à l’école avec la nomination à la tête de l’EN d’un haut fonctionnaire brutal et dogmatique, dont, effectivement, Le Pen ne peut que « se féliciter ». Ignorant superbement les acteurs de l’éducation, multipliant les annonces toujours médiatisées, préparées dans le secret du cabinet avant d’être relayées par son administration, trichant sans vergogne sur la réalité de l’état de l’école (entre autres, le hold up sur l’enquête PIRLS relative à la lecture en CM1), menaçant les récalcitrants (plainte au pénal contre un syndicat organisateur d’un stage antiraciste), il avance chaque jour ou presque de nouveaux pions, convaincu de sa toute puissance. Dernières en  date (RTL, le Grand jury, 10/12/2017), ses provocations autour de la laïcité et des familles musulmanes. Des provocations qu’on pourrait juger gratuites si elles n’étaient le signe d’un véritable projet politique que le ministre ne se donne même plus la peine de cacher.

Car on peut toujours tenter de minimiser la portée de telles initiatives, se rassurer en prétendant qu’en réalité, Blanquer n’est qu’au milieu du gué. Mais au milieu du gué après simplement sept mois à la tête de l’EN ? Qu’en sera-t-il alors dans quatre ans ? On peut toujours, comme le prétend Brighelli, défendre les options du ministre au nom d’un prétendu bon sens qui n’aurait rien d’extrême-droite. On nage alors en pleine escroquerie : la sélection précoce des élèves, le refus de remettre en cause un système tourné à l’avantage des milieux aisés, la crispation sur le passé et la nostalgie d’un prétendu âge d’or scolaire, la formation civique et morale gangrenée par les références identitaires, la stigmatisation de millions d’élèves rassemblés sous l’étiquette « musulmans », la brutalisation d’un ordre scolaire en prélude à la brutalisation de la société, tout cela n’aurait donc rien à voir avec l’extrême-droite ?

Et même si personne aujourd’hui, à commencer par Le Pen, ne s’affiche plus d’extrême-droite (on est, au choix, souverainiste, national, patriote, républicain, laïc etc), les contorsions sémantiques ne changent rien à l’affaire : prise au piège de débats politiques et idéologiques, l’école, sous la férule d’un idéologue sans scrupules, est en passe de devenir le terrain d’expérimentation des théories naturelles de l’extrême-droite.

Par habitude, par indifférence, par crainte, mais aussi, pour quelques-uns, parce qu’ils adhèrent à cette brutale reprise en main idéologique, les acteurs du terrain - pour reprendre la formule consacrée - ne se sont guère manifestés. Reste à savoir si cette abstention est définitive ou pas.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant