B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 sept. 2016

Brighelli à l'université d'été du FN : dans la logique des choses

Brighelli à l’université d’été du FN, ce n’est ni une surprise, ni la dérive d’un ancien gauchiste qui aurait mal tourné, c’est dans l’ordre des choses : l’aboutissement naturel d’un positionnement idéologique, d’un discours sur l’école par essence d’extrême-droite.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brighelli à l’université d’été du FN, ce n’est ni une surprise, ni la dérive d’un ancien gauchiste qui aurait mal tourné, c’est dans l’ordre des choses : l’aboutissement naturel d’un positionnement idéologique, d’un discours sur l’école par essence d’extrême-droite.

Les points de vue sont connus et de longue date : à travers ses publications, qui se répètent à l’identique d’une année sur l’autre, à travers ses interventions médiatiques, dans une sorte de frénésie verbale qui s’auto-entretient, Brighelli développe les mêmes idées fixes sur le système éducatif, usant jusqu’à la corde ses thèmes favoris : « déclin » et « ensauvagement » de l’école. « Effondrement » du niveau des élèves, baisse des « exigences », incarnée par la suppression des redoublements, abandon des « savoirs » (« grands auteurs » en littérature, « grands hommes », « grandes dates »  en histoire), « autorité du maître » bafouée par des « sauvageons » auxquels Mai 68 aurait donné les pleins pouvoirs, critique de la mixité renvoyant à un mépris réel pour les élèves (1), « bonnes vieilles méthodes » - nécessairement syllabiques pour l’apprentissage de la lecture – à base de répétition et de par cœur, inépuisable phobie du « pédagogisme » (comprenez la formation des maîtres), dénonciation obsessionnelle du collège unique, examens « bradés » etc : la liste est longue des poncifs qu’on enfile comme des perles, renforcée, ces dernières années par des attaques brutales, répétées et assumées contre les élèves « issus de l’immigration », ouvertement assimilés à des terroristes en puissance (voir ici et ). Car le message de Brighelli est limpide : l’école a sombré, et la France avec elle, depuis qu’elle s’est ouverte aux élèves de tous les milieux et à l’immigration.

Et c’est un message politique, en tous points identique à celui que délivre le FN : derrière la nostalgie d’un âge d’or scolaire fantasmé, Brighelli, du haut de sa chaire de classe prépa,  comme Le Pen, défendent en réalité le modèle d’une école étroitement sélective, une école qui exclut, une école de classe. Faisant semblant d’ignorer que le mythe de l’élitisme républicain a surtout servi à légitimer un ordre social brutalement inégalitaire, c’est de fait un projet lourdement réactionnaire que défend Brighelli à la tribune du FN, sous les acclamations des militants galvanisés par les accents identitaires et les clichés racistes appuyés autour des « 350 000 femmes voilées » qu’il croise tous les jours dans les rues de Marseille, « la langue de Saint-Denis » ou « le gloubi-boulga qu’est le langage du rap. »

La prise de parole de Brighelli à un meeting du FN, son implication décomplexée dans la campagne électorale de l’extrême-droite (voir ses fonctions nationales dans le parti de Dupont-Aignant) ne sont pas un accident, pas davantage une nouvelle manifestation d’un carriérisme débridé, de longue date attesté (2). Cela fait tellement longtemps que Brighelli occupe le devant de la scène médiatique avec les mêmes rengaines reprises par des médias et des éditeurs chez lesquels il a manifestement toutes ses entrées. Au-delà de l’expression d’un ego personnel manifestement surdimensionné, ce que révèle cet épisode, c’est la porosité des frontières entre une certaine mouvance « réac-publicaine » dont Brighelli est un représentant notoire et le projet politique autoritaire/identitaire d’un parti d’extrême-droite.

(1) – Cf cette rhétorique poisseuse : « Quitte à passer pour un réactionnaire définitif, je supplie le lecteur de réfléchir sur un dernier point. La mixité, si célébrée quand elle a débarqué au cours des années 1970, est-elle une si bonne chose ? Les filles ne peuvent plus s’habiller en jupe ou en robe, elles sont contraintes au pantalon quand ce n’est pas au voile – et en même temps elles revendiquent leur féminité par les marques les plus vulgaires (...). Corollaire, les garçons ne sont plus vus, dans nombre d’établissements, que comme des machos écervelés, des boules de testostérone – et Eric Zemmour pense (...)que l’on peut comprendre les réflexions oiseuses ou les réflexes animaux de ces grands boutonneux soudain confrontés à la féminité agressive des strings, des piercings exhibés, des décolletés vertigineux (...) » (Brighelli, Fin de récré, 2008, p. 123)

(2) – Pour rappel : l’ébouriffante remise de la légion d’honneur par Darcos à Brighelli en 2009.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche