B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2018

#pasdevague (1) : ces profs qui détestent les élèves

Un grand moment de défoulement collectif : l’agression contre une enseignante d’un lycée de Créteil est l’occasion d’une campagne à la fois sordide et surréaliste. Une campagne qui n’honore pas ses auteurs parmi lesquels des enseignants.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un grand moment de défoulement collectif : l’agression contre une enseignante d’un lycée de Créteil est l’occasion d’une campagne à la fois sordide et surréaliste. Surréaliste tant elle paraît déconnectée de la réalité des faits, sordide par la forme qu’elle prend et surtout la violence qu’elle charrie. Une campagne qui n’honore pas ses auteurs parmi lesquels des enseignants.

En tête, évidemment, et sans doute pas mécontent de la tournure des événements, Blanquer. En période de vacances, l’incident lui aura permis de se livrer à son passe-temps favori - communiquer, gesticuler - alors que les limites de son action commencent à percer au grand jour. Tragi-comédie des évaluations en primaire, réforme du bac bâclée, magouilles autour des programmes scolaires, suppressions de postes etc : pendant quelques jours au moins, un fait divers transfiguré en affaire d’état lui permet de donner le change, de faire illusion. Avec l’impudence et la malhonnêteté qui sont sa marque de fabrique, il trouve même le moyen de tourner à son profit la question du téléphone portable qui, pourtant, avait viré à sa confusion : une loi inutile et paranoïaque ici parée de toutes les vertus malgré son inefficacité attestée.

Dans son rôle de bateleur, Blanquer est bien sûr étayé par des médias, toujours aussi incapables de distanciation, toujours aussi prompts à relayer la parole du ministre mais cette fois l’affaire prend un tour nouveau avec l’intervention virulente d’enseignants (réels ou supposés) à travers les réseaux sociaux et notamment le hashtag #pasdevague, sur Twitter, censé refléter la colère des profs. Et là, quelle fureur, quel déchaînement… mais surtout contre quelle cible ? Passons sur le fait qu’il ne serait déjà pas très digne de la part d’adultes de se laisser aller à un lynchage collectif contre un jeune, même coupable. Mais dans le cas présent, il ne s’agit plus d’un acte individuel qu’il faudrait condamner, il ne s’agit plus d’une enseignante du lycée de Créteil qu’il faudrait défendre. En réalité, l’incident est détourné au profit d’une attaque frontale contre, en vrac, le laxisme de l’institution, la pédagogie, la prétendue suppression des notes, les parents et l’enfant-roi, Mai 68, la racaille etc mais surtout contre les élèves dont la détestation paraît sans limites. A travers ce hashtag haineux, d’ailleurs alimenté et soutenu par la fachosphère et par Le Pen en personne, éclate la profonde aversion d’une partie des enseignants pour les élèves, une méfiance viscérale dont on vient à se demander si elle n’est pas, finalement, à la source de bien des dysfonctionnements du système scolaire français.

Sur ce sujet de la violence à l’école, c’est la mémoire courte qui impose ses règles. La faute à Mai 68, au téléphone portable ? Le soir du 3 février 1973, le collège Pailleron, à Paris, partait en fumée. On retrouvait dans les décombres les corps de 16 élèves et de 4 adultes. Un incendie criminel dont les coupables étaient rapidement retrouvés : deux élèves du collège. Et déjà, plutôt que de remettre en cause la construction défaillante du collège, le ministre de l’EN de l’époque préférait accuser l’affaissement moral dû à Mai 68. Il lui était difficile d’accuser le téléphone portable… On n’ose imaginer les réactions que provoquerait aujourd’hui un semblable drame : la peine de mort pour les mineurs ?

Laxiste l’école ? Dans un ouvrage récent, le chercheur Eric Debarbieux évoque une nouvelle fois « l’impasse de la punition à l’école » et l’inflation punitive très caractéristique de l’école en France mais dont l’opinion publique et, malheureusement, une partie des enseignants, ne semblent pas conscients. On punit à tour de bras dans les établissements (les 2/3 des collégiens sont punis au moins une fois par an…) sans se préoccuper de l’effet produit.

Laxiste l’école ? C’est encore oublier les mesures inconsidérées commandées par un populisme éducatif toujours à l’affût du moindre fait divers. Comme par exemple l’impensable délit d’« outrage à enseignant », sorti en 2002 du cerveau tortueux du ministre de l’Intérieur Sarkozy, un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende (délit à ma connaissance jamais abrogé…). Ou encore du même Sarkozy, cette fois-ci président, la création en 2010, d’ERS (établissements de réinsertion scolaire) pour élèves difficiles. Une mesure qui devait rapidement tourner à la mauvaise farce … et dont le maître d’œuvre fut le Dgesco de l’époque, un certain Blanquer.

Blanquer, précisément, annonce dans la foulée un nouveau « plan » contre la violence à l’école, comme l’ont fait pratiquement tous ses prédécesseurs depuis plusieurs décennies. Avec le soutien d’enseignants qui le confortent toujours davantage dans ses pratiques autoritaires et infantilisantes. Jusqu’au moment, peut-être, où l’autoritarisme du ministre ne les épargnera pas à leur tour.

Mais pour l’instant, Blanquer ne peut que se féliciter du hashtag #pasdevagues »...

Mise à jour (22/10 à 22 h 20). Quelques-uns des tweets relevés sur  #pasdevagues :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.