B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 28 juin 2017

Le mythe national à l'école : l'analyse partielle et partiale de L. Joffrin

Trois mois après sa parution, Laurent Joffrin a lu Le Mythe national de Suzanne Citron. Dans Libération, il en donne une interprétation discutable. Disons simplement qu’il n’a pas tout compris.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trois mois après sa parution, Laurent Joffrin a lu Le Mythe national de Suzanne Citron. Dans Libération (27/06/2017), il en donne une interprétation discutable. Disons simplement qu’il n’a pas tout compris.

La première version du Mythe national remonte en fait à 1987. Avec 30 ans d’avance sur tout le monde, Suzanne Citron, historienne et enseignante, décortique la construction du récit qui va servir de base à l’enseignement de l’histoire pour des générations de jeunes Français, quasiment jusqu’à nos jours. Un récit principalement organisé autour d’une chronologie politique et militaire, arbitrairement sélectionnée, essentiellement nationale, une reconstruction d’un passé mythique destinée à susciter l’adhésion du public, jeune et moins jeune : « Ce que nous prenons pour « notre » histoire – écrit Suzanne Citron – résulte (…) d’une manipulation du passé par les élites au service ou à l’appui, des différents pouvoirs. Une historiographie apologétique de l’Etat et d’un « génie français » hors norme sous-tendait l’imaginaire national construit par la Troisième République. »

La déconstruction du mythe à laquelle l’auteure s’est attelée tout au long de ses recherches – et dont la validité est confirmée par toute l’historiographie des dernières décennies – n’est toutefois que le point de départ d’une réflexion plus large sur ce que devrait être, ce que pourrait être, l’enseignement de l’histoire en France en cette seconde décennie du 21e siècle. Suzanne Citron suggère de se référer à « un cadrage à grand maillage de l’histoire de l’humanité, relié à des séquences de courte durée concernant plus particulièrement la France, selon différentes échelles de l’espace et du temps (…)  [un cadrage qui] constituerait le socle commun, la toile de fond d’un passé proposé à tous et à chacun, à différents niveaux de la scolarité. »

Une histoire de l’humanité, une histoire des hommes ? Pensez donc… Une idée qui fait manifestement horreur au directeur de Libé. Car, dit-il, ce serait « faire fi de l’intérêt légitime des occupants actuels du territoire national pour ceux qui les ont précédés. » Faut-il comprendre que, pour Joffrin, les « prédécesseurs » des Français d’aujourd’hui sont à rechercher exclusivement parmi les princes, les chefs de guerre, les « grands héros » dont l’histoire scolaire est toujours le substrat ? Mais aussi que l’identification à la nationalité française – quand même bien artificielle – devrait l’emporter sur la condition humaine ? C’est oublier que « l’histoire de France », régulièrement mise en avant dans le débat politique pour déplorer sa prétendue disparition, n’est pas celle des habitants actuels du pays, qu’ils y soient installés de longue date ou plus récemment, mais principalement celle de l’état, des régimes politiques et des classes dirigeantes alors que les hommes, les femmes, les enfants (grands oubliés de l’histoire scolaire) qui nous ont « précédés » ne sont curieusement jamais regardés comme nos prédécesseurs, puisque, pour l’essentiel, ils n’ont pas d’histoire. Ou du moins, pas d’histoire reconnue comme digne de figurer dans les programmes scolaires.

« Ce n’est pas un péché que de s’intéresser à son propre pays (…) », écrit encore Joffrin, usant ici d’une formule usée jusqu’à la corde (« son pays », « notre pays »), qui fait d'un territoire donné, auquel on se verrait obligatoirement assigné, la référence absolue, lui conférant une valeur quasi sacrée. Mais si l’histoire devait avoir pour fonction de faire naître un sentiment de solidarité, une conscience civique (ce dont on pourrait d’ailleurs discuter), pourquoi faudrait-il que ce sentiment et cette conscience n’aient pas à s’exercer au-delà du pointillé sur une carte qui borne « notre pays » ? Rien ne vient justifier, dans les programmes d’histoire, l’absence - quasi totale à l'école primaire - de toute référence au monde, à la Terre, "notre planète", sinon l’objectif, toujours plus ou moins en filigrane, de faire naître une conscience nationale, sans qu’on s’interroge jamais sur la légitimité de cette notion. Lorsque Joffrin écrit qu’abandonner l’histoire de France conduit à « abandonner la nation aux nationalistes », il n’est guère difficile de montrer que le nationalisme se nourrit de l’histoire nationale sans laquelle il n’existerait pas.

Enfin, dans cette même tribune, Joffrin s’avance – bien imprudemment lorsque l’on connaît ses conceptions réactionnaires en la matière – sur le terrain de la pédagogie, avec ces évidences fortes de ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans une salle de classe :  dépasser le cadre national, « sur le plan pédagogique, c’est se priver volontairement de l’arme du récit (…) pourtant seul capable de susciter l’attention soutenue des élèves, qu’une description laborieuse des structures économiques ou sociales se déployant dans le temps plongera à coup sûr dans un ennui profond. » Certes, les enfants adorent les histoires de chevaliers, d’Indiens et de cow boys mais c’est avoir des élèves une bien piètre estime et de l’histoire une vision bien rabougrie que d’imaginer que son enseignement devrait se réduire à la simple transmission d’un récit – qui, au demeurant, a toute sa place dans l'histoire du monde – aussi singulièrement réducteur que le récit national.

La conclusion revient à Suzanne Citron : « Repenser les modalités de prescription de l’enseignement de l’histoire dans un système scolaire souple et décentralisé, est-ce un rêve fou, politiquement incorrect ou une piste à saisir pour transformer la France ? (…) Relié au socle de la commune histoire humaine et de l’exploration de la France comme objet historique, ce rapport au passé, mélodique et polyphonique, ouvrirait sur un présent nouveau. »

Suzanne CITRON, « Le mythe national, l’histoire de France revisitée », Les Editions de l’Atelier, Editions ouvrières, Paris, 2017.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée par la « crise du service public »
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre