B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 juin 2016

Brûler un drapeau national : délit de blasphème sous la république

En France, peut-on être jugé et condamné pour son opinion ? La réponse est oui : hier, à Rennes, un manifestant contre la loi travail a été arrêté pour avoir brûlé un drapeau tricolore ; il encourt une peine de 7 500 euros d’amende et de six mois de prison.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En France, peut-on être jugé et condamné pour son opinion ? La réponse est oui, puisque le code pénal, dans son imagination sans limites, prévoit le délit d’ « outrage aux symboles nationaux ». Hier, à Rennes, un manifestant contre la loi travail a été arrêté pour avoir brûlé un drapeau tricolore ; il encourt une peine de 7 500 euros d’amende et de six mois de prison. Une peine identique est d’ailleurs prévue pour l’outrage à la Marseillaise : ainsi, écouter ce condensé de violence et de bêtise « en se tapant le cul par terre », comme disait le poète, relève du tribunal, malgré les limites apportées par le Conseil d’état à la folie furieuse des parlementaires à l’origine de cette plaisanterie législative.

Très significativement, ce délit d’outrage est très proche dans son esprit des crimes de blasphème et de sacrilège qui, sous l’Ancien régime, visaient les paroles et les gestes tournés contre la religion catholique. Deux siècles et demi après avoir pris la défense du chevalier de La Barre, condamné pour avoir jeté à terre un crucifix, Voltaire serait sans doute bien surpris de voir que la république laïque se livre à de pareilles bouffonneries, la torture en moins, certes mais le principe est le même : punir un individu pour son opinion, dans un régime politique semblablement sacralisé, brandir une morale d’état face à la conscience personnelle.

Que la république ait repris à la monarchie quelques unes de ses tares n’est pas une chose nouvelle, une tendance qui s’est même singulièrement aggravée avec la Cinquième république. Il faut croire que les dirigeants, les élus y trouvent leur avantage, se trouvant ainsi entourés d’une sorte d’aura quasi religieuse, récupérant une forme d’autorité, de prestige qui les met à l’abri de la contestation (et des poursuites judiciaires) et leur assure, années après années, décennies après décennies pour certains, des réélections à vie qui vident la démocratie de toute substance. L’outrage aux symboles nationaux, l’état d’urgence, le 49-3, la confusion des pouvoirs, la violence étatique etc : il faudrait également ajouter le culte forcé, forcené, dont la république fait l’objet à l’école avec le sacro-saint enseignement des « valeurs de la république » qui relève davantage du catéchisme que de l’éducation ou de la formation des citoyens. Déformation plus sûrement.

Face à cette imposture, les déclarations de principe ne manquent pas, émanant d’instances internationales, européennes (et cette Europe là est une merveille…). Elles nous disent, ces déclarations, que l’outrage aux symboles nationaux, est un droit, une liberté fondamentale. Outrageons donc tant qu’il en est encore temps.

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelques moyen d’expression que ce soit. » (Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, article 19, 1948)

« Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. » (Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, article 10, 1950)

« Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières. » (Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, article 11, 2000)

Sur la Marseillaise à l'école :

"Marseillaise à l'école : changer les paroles, culbuter la nation"
"2006 : année de la Marseillaise, année de toutes les escroqueries"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison