En augmentant (encore) le prix du tabac, le Gouvernement veut sauver les pauvres!

Il l'a dit. C'est pour dissuader les gens du "tabagisme".

Tout le monde le sait : le tabac est très mauvais pour la santé, de ceux et celles qui fument et de leur entourage.

Fut une époque, il était au contraire très prisé, même sous forme de cigarettes.

Notre grand Molière disait que priser ou fumer du tabac favorisait la sociabilité, d'autres ont dit que c'était un "stimulant intellectuel" (sic).

Des publicités venues des Etats-Unis se sont répandues partout ou presque. Dans les films en noir et blanc, rares sont les acteurs ou les actrices qui n'allument pas une cigarette, soufflant la fumée avec presque une sorte d'orgueil...

Aujourd'hui, la donne a complètement changé. De multiples ingrédients mal identifiés ont été intégrés au tabac.

ATTENTION LE TABAC TUE. Cancers, stérilité, maladies cardio-vasculaires et j'en passe.

(Normalement, si quelqu'un ou quelque chose tue, on l'arrête, enfin ici, dans nos pays civilisés.

Non, la vente se poursuit et les acheteurs achètent.)

Les marques ont soi-disant disparues mais on peut quand même demander au buraliste celle qu'on veut.

Les prix augmentent plus ou moins doucement depuis quelques années.

Le "budget" tabac pour les pauvres devient intenable car quand on est pauvre, on n'a même pas de budget, on vit au jour le jour, laissant ainsi la porte ouverte aux trafics...

L'augmentation du budget tabac pour ceux qui ont les moyens passe inaperçue. Tout le monde le sait aussi.

La conclusion logique est donc qu'en rendant impossible l'achat de tabac par les pauvres, le Gouvernement fait une oeuvre de charité, en leur évitant de graves maladies mortelles.

Bénis soient Bruno Le Maire, son Président et tous ses Collègues!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.