Souffrance animale, infligée par des humains, en constante continuité

Communiqué de presse de l'Association L214. Merci Médiapart d'en tenir compte.

Le Gouvernement reste sourd à l'attente d'une grande majorité de Français.

 

Le 6 juillet 2020, les nominations dans le gouvernement Jean Castex ont vu l’entrée de Julien Denormandie au ministère de l’Agriculture et de Barbara Pompili au ministère de la Transition écologique. Le 26 juillet, la nomination des secrétaires d’État n’a pas mis en place de secrétariat d'État à la condition animale. Seule une secrétaire d’État à la biodiversité est nommée – Bérangère Abba, dont le périmètre ne portera pas sur les souffrances des animaux utilisés dans la production alimentaire, utilisés pour divertir ou ceux détenus dans les laboratoires

Elle n'ajoutera donc rien de nouveau puisque les animaux de compagnie sont déjà protégés par la Loi.

Autant dire qu'il n'y a rien de nouveau, non seulement rien de nouveau mais cela va s'empirer car comment une Bérangère Abba pourra-t'elle s'imposer face aux Chasseurs - profondément appréciés par Emmanuel Macron - qui sont, malgré leur propagande mensongère qui voudrait nous faire croire le contraire, bel et bien des destructeurs de la biodiversité ?!!!

"Les gouvernements formés sous la présidence d’Emmanuel Macron n’auront jusqu'ici pas eu le courage de prendre des mesures significatives mais il ne fait pour nous plus aucun doute que la mise en place d’un ministère de la condition animale sera un enjeu de la prochaine élection présidentielle. » (Brigitte Gothière)

Pas de ministère dédié à la prise en compte de la souffrance animale - Communiqué de presse L214

Pour mémoire, je rajoute :

- l'élevage industriel d'animaux dits "de ferme" sont responsables d'un tel dégagement de CO²  que cela devrait faire frémir d'indignation (logiquement) tous les nouveaux élus écologistes mais c'est drôle ils n'en parlent jamais,

- cet élevage est aussi responsable de pollutions incommensurables - non encore mesurées pour des raisons politiques -, de l'eau, de la terre et de l'air,

- les expériences en laboratoire ont déjà mille fois prouvé qu'elles étaient devenues obsolètes, absurdes, voire dangereuses pour l'humain mais ça ne fait rien, le Gouvernement continue d'autoriser des tortures dans un but soi-disant "sanitaire",

- les loisirs de la chasse, les distractions (combats de coqs, numéros d'ours muselés...), les traditions (comme la corrida, le piégeage à la glu des oiseaux, les cirques avec animaux sauvages) sont autant de négations de cet "être humain"... auquel j'ai pourtant encore envie de croire... mais pour combien de temps ?

C'est la question que je me pose aujourd'hui.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.