Babette Grivinci
écrivain-biographe-correctrice
Abonné·e de Mediapart

165 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 juin 2021

La boule de cristal d'Arnaud Montebourg

A. Montebourg verrait-il dans l'au-delà, comme d'autres écoutent les conseils de leur "gourou" ?

Babette Grivinci
écrivain-biographe-correctrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Malgré tous les apports du Programme en commun des "insoumis" qui donnent des solutions concrètes pour l'écologie, pour l'économie, pour l'emploi, pour la justice sociale, pour le développement des initiatives citoyennes favorables à un renouveau d'une France solidaire et humaniste, pour donner à la femme la place qu'elle mérite, pour que le travail soit mieux réparti, pour que les salaires de base soient augmentés (afin que l'impôt sur le revenu puisse concerner plus que les 50 % d'aujourd'hui), pour que les agents de l'Etat soient mieux formés et mieux récompensés pour leurs efforts en matière de sécurité, pour que les enfants puissent grandir dans une société apaisée, pour que nos relations avec les pays étrangers retrouvent la sérénité dont la France a tant besoin..., A. Montebourg demande à JLM de retirer sa candidature aux élections présidentielles de 2022.

Arnaud Montebourg n'a visiblement jamais lu ce Programme ni participé à aucune de ces réunions "Nous sommes pour" que l'équipe de la FI s'efforce chaque semaine de mettre à la disposition de tous les citoyens, hommes et femmes. Il préfère croire à ses lubies.

Pour en rajouter dans le déni, comme si cela ne suffisait pas, ce soir, un certain Thomas, sur les Informés de France info (invité de JF Achilli, un drôle de "journaliste politique" ceci dit en passant) s'est montré d'une virulence effrayante contre Jean-Luc Mélenchon. Quel mépris! On aurait dit une mauvaise langue en marche, un homme déconnecté pris dans ses propres démons.

Non, Thomas, quand JLM a dit "c'est moi la République!" lorsqu'un "commando" est intervenu pour fouiller les bureaux de sa permanence, il n'a pas démontré une quelconque forme de mégalomanie ou de dictateur en herbe, il a seulement répondu spontanément et de manière très pertinente (ce qui démontre sa grande connaissance du monde politique) dans un contexte qui présentait tous les symptômes d'une Police aux ordres d'un Pouvoir qui n'avait plus rien de républicain justement! Vous avez confondu l'effet et la cause, Thomas. 

Quant aux déclarations d'Arnaud Montebourg demandant à JLM de se retirer, prouvent qu'il n'a plus toute sa raison... Lui qui faisait partie des "économistes atterrés", qui préconisait un autre modèle économique, libéré du capitalisme ultra libéral, quelle déception!

Et qu'est-ce qu'il va dire de Benoît Hamon, son camarade ? Qu'il se retire lui aussi ?

La boule de cristal d'Arnaud Montebourg lui aurait-elle montré qu'il allait gagner les élections de 2022 mais qu'il fallait qu'il y participe un peu en se montrant plus "agressif" ?

Quel sera le prochain épisode de politiques et de médias aux ordres pour réduire la FI et toute son équipe à néant ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin