Vous connaissez votre taux de "sinistralité" à l'Assurance Maladie ?

Si certains ne sont pas encore convaincus que le projet de Macron est de faire disparaître la CPAM au profit d'entreprises privées, cette petite anecdote devrait au moins les interloquer.

Ce matin, un certain "Hugo" me téléphone, se présentant comme un employé de l'Assurance Maladie, il m'annonce que, d'après ses informations, je peux bénéficier d'un avantage (je n'ai pas compris lequel) étant donné mon taux de sinistralité.

Je n'avais jamais entendu prononcer un tel mot et je lui ai demandé ce que ça voulait dire. Il a essayé de m'expliquer et j'ai vaguement percuté que cela devait être lié au montant de mes cotisations par rapport aux remboursements auxquels j'avais eu droit dans l'année. J'avais donné plus en comparaison des remboursements auxquels j'avais eu droit. 

Et alors ? C'est ça le principe de solidarité.

Je restai donc perplexe.

- Comment se fait-il que je n'aie pas été informée par l'Assurance Maladie elle-même ?

- Justement, vous allez comprendre! je vous envoie par courrier postal les documents nécessaires.

- Ah ? Bon et bien faites...

- Pour confirmer le code et que votre dossier soit mis à jour, j'ai juste besoin de connaître votre date de naissance.

Code ? Quel code ? Ma date de naissance ? Ce Hugo commence à m'amuser.

- On se croirait en pleine science-fiction cool

- ?

- Si vous avez besoin de connaître ma date de naissance et que vous travaillez pour la CPAM, et bien demandez-lui, elle la connaît depuis longtemps! 

Il a raccroché.

Après je suis quand même allée sur le moteur de recherche LILO pour en savoir plus sur la sinistralité. Ce terme est apparu dans le code du travail en 2017, suite à la parution en septembre d'une des ordonnances Macron.

 

https://www.ayming.fr/insights/actualites/indice-de-sinistralite-at-mp-le-calcul-de-cette-nouvelle-obligation-legale/

Le plus sinistre dans toutes ces affaires, c'est bien ce Gouvernement lui-même!

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.