Éloge de la grossièreté

Pour fendre la bien-pensance, encore faut-il ne pas être émoussé. Un peu de finesse semble indispensable, au risque de paraître mal dégrossi. Une finesse qui n'apparaît pas dans la chronique de ce seul-en-scène où Éric Dupont-Moretti occupe lourdement tout l'espace.

“Poubelles de frustrés haineux”

asterix-residus-delenda-carthago
« L’avocat boit du vin, dévore la viande, grille des cigarettes (sur scène aussi), goûte le cigare, chasse au faucon, aime la corrida et séduire les filles, manie l’irrévérence. Il a le mot gourmand. Il adopte une formule d’un de ses mentors : “Je déteste le confort, je tolère le luxe.” Les cibles qu’il coupe en morceaux sont, selon lui, autant d’embûches à la liberté : les communautarismes, le mouvement Balance ton porc, le moralisme dominant, l’hygiénisme, la pensée victimaire, les réseaux sociaux ».

Quand l'avocat joue au truand

le-cuisinier-le-voleur-sa-femme-et-son-amant
Une ressemblance avec Albert Spica, le voleur du film de Peter Greenaway, une brute aussi vulgaire et abjecte que cupide et répugnante. La même outrance, le même besoin de faire des phrases, au service de la mise en scène de sa propre personne.

Une confusion des genres, une plaidoirie n'est pas de l'art, le succès du prétoire ne fait pas un artiste.

The Cook, The Thief, His Wife & Her Lover - Peter Greenaway © MovieSpoilerSite

 


https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/01/dupond-moretti-houellebecq-eastwood-sont-precieux-dans-un-paysage-culturel-ou-la-norme-est-de-lisser-le-discours_5417470_3232.html https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/01/dupond-moretti-houellebecq-eastwood-sont-precieux-dans-un-paysage-culturel-ou-la-norme-est-de-lisser-le-discours_5417470_3232.html


 

Courte-focale.fr - critique - Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.