Allergique à l'intolérance

Je supporte de moins en moins l'intolérance. Et je ne suis pas le seul, mon voisin dit la même chose même si lui, il exagère.

faites-des-voisins

J'ai envers lui des griefs forts justifiés dont je lui ai fait part à maintes reprises, par exemple à la dernière fête des voisins. Et vous savez quoi ? Il m'a reproché tout un tas de péchés, à moi, et faussement en plus, comme quoi je ne le respecterais pas, gnagnagna. Dieu m'est témoin, je n'ai presque rien à me reprocher, on pourrait me surnommer Don Pecadillo, alors...

En plus je l'ai vu dès son arrivée. Avec son air de faux-jeton et ses excuses bidons (il paraît qu'il a beaucoup souffert dans sa vie, mais quess'que j'en ai à foutre moi !), il se croyait en pays conquis. Il a voulu annexer les parties communes et quand je lui en ai parlé — un peu rudement je l'avoue mais sans menace hein — c'est là qu'ont commencé les vrais ennuis. Il a rangé ses affaires dans ma cave et tente d'annexer la place parking sous mes fenêtres, que c'était entendu que c'était la mienne. Mes mômes ont jeté des cailloux sur sa caisse, il a répliqué avec une descente de la BAC. Ça dégénère grave, il est fada. Et moi je suis antifada.

C'est dingue quand même cet anti-vicinalisme primaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.