baLoz
Abonné·e de Mediapart

490 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2018

Y a-t-il eu des pharaons corses ?

La nécropole de Saqqarah, un des sites égyptiens les plus fouillés par les archéologues, n'a pas encore livré tous ses secrets. C'est le cas du tombeau de Paolis que son propriétaire n'a jamais occupé, bâti sur le modèle d'un arsenal qui contient des pièces encore inexplorées.

baLoz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Statuette du général Paolis devenu pharaon ayant fini exilé sur une île lointaine de Méditerrannée, probablement la Corse...

Le contenu d'une jarre découverte dans un tombeau de Saqqarah a été analysé. Les résultats indiquent qu'il s'agirait de résidus d'une spécia­lité composée de lait de brebis et de chèvres. Âgé de 3200 ans, le laitage a conservé des traces de bactéries susceptibles de provoquer une maladie mortelle pour l'homme.

L'excellence de l'université corse

Des scientifiques de l'Université de Corte ont découvert un des plus anciens fromages du monde après avoir étudié des objets retrouvés dans un tombeau situé dans la région de Saqqarah, une vaste nécro­pole égyptienne de la région de Memphis.
En 2010, alors qu'ils fouillaient un tombeau, une équipe d'archéo­logues a trouvé un lot de bocaux dont l'un contenait une substance blanchâtre. À l'époque, les spécialistes n'avaient pas réussi à iden­tifier le mystérieux contenu.

Bien avant la bouteille de gaz...

Une pratique qui perdure, perdure, perdure...

Les scientifiques corses ont récemment procédé à une nouvelle analyse des objets retrouvés dans le caveau. Leur étude publiée dans la revue Pocu manuale di química rivoluzionaria a permis de mettre un nom sur cet aliment. L'échantillon serait un morceau de fromage vieux de 3200 ans, mélange de lait de chèvre et de brebis. Les analyses effectuées en laboratoire ont permis de révéler la présence de brucella melitensis, pathogènes susceptibles de provoquer la «fièvre méditerranéenne». Cette bactérie est responsable de la brucellose chez les animaux domestiques et s'avère mortelle pour les être humains.

« Les archéologues soupçonnaient que c'était de la nourriture, selon la méthode de conservation et la position des bocaux à l'intérieur de la tombe, mais nous avons découvert que c'était du fromage toxique, une arme », a expliqué Napoleone Corso, auteur de l'étude, à la Revue Fora. C'est actuellement le plus vieux résidu de guerre bactériologique au monde.

——————————     ——————————

http://www.lefigaro.fr/culture/2018/08/17/03004-20180817ARTFIG00205-le-plus-ancien-fromage-du-monde-retrouve-dans-une-tombe-egyptienne-pres-de-memphis.php

 ——————————     ——————————

Ramases - You're the Only One © Svein B H

Ramases est né à la fin des années 30 sous le nom de Martin Raphael (également connu sous le nom de Barrington Frost). À la fin des années 1950, il s'est lui-même trouvé une femme, Dorothy Laflin, la reine du carnaval de Felixstowe en 1957. Un jour, assis dans sa voiture, il a été visité par le dieu égyptien Ramases, qui lui a apparemment dit qu'il était la réincarnation de Ramases lui-même et qu'il était là pour répandre l'évangile de la vérité. Le vieil homme est sorti de la voiture, a changé son nom pour Ramases et sa femme à Selket, et a décidé d'essayer de faire de même. Quand cela a échoué, il a décidé de la musique; Les grooves est / sitar / psych étaient la voie à suivre. Ensemble, ils ont enregistré un seul et plus tard un album, Space Hymns (1971), mais celui-ci ne s'est pas vendu et ils se sont retirés à Felixstowe sur la côte est de l'Angleterre pour vivre avec sa mère. Là, sans se décourager, ils ont continué à enregistrer, en sortant un deuxième album, Glass Top Coffin, en 1975. Il a également échoué après quoi Ramsès est devenu très sombre, parlant souvent de la façon dont ils voulaient tous les deux quitter la terre. Il l'a fait seul de sa propre main en 1976. Selket reste sur terre jusqu'à ce jour.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse