François Fillon a reçu les condoléances de Donald Trump

Il tenait à lui expliquer pourquoi une MOAB américaine a anéanti par erreur sa campagne électorale.

Fillon a d'abord cru à une mauvaise blague de la rédaction du Canard Enchaîné en entendant  : « Allo ! C'est Donald ! »

 

 

 

 

« Ma victoire aux primaires avait enclenché une grande espérance. Elle a été brisée par un pilonnage intensif dont l’ampleur restera dans les annales des campagnes présidentielles »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.