Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2016

Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

Notre dame des Landes, Francoise Verchere dénonce le déni de dialogue dans les grands travaux publics.

Le 30 janvier 2016, Mediapart organise un débat entre pro et anti-aéroport de Notre Dames des Landes. Ils invitent Françoise Verchère, Présidente du comité des élus opposés à l'Aéroport. En face d'elle, la place est vide : une quinzaine d'élus, de responsables régionaux pro-Aéroport ont été contactés par la rédaction, tous ont refusé le dialogue. Le constat est accablant : le blocage est total.

Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici le très intéressant interview de Françoise Verchère sur Mediapart.  Filmé le 30 Janvier dernier après la décision du tribunal d'instance de Nantes d'expulser les derniers agriculteurs de la zone d'aménagement différé, devenu zone à défendre (ZAD). 

https://www.mediapart.fr/journal/france/160116/notre-dame-des-landes-le-match-des-arguments

Notre dame des Landes.  Beaucoup en parlent, peu connaissent le dossier en profondeur comme Françoise Verchère.  Son témoignage très argumenté est un long plaidoyer pour une démocratie plus participative.

C'est une femme courageuse,  elle s'est révélée dans un conflit symbolique qui marque la scission profonde entre deux sociétés. La société d'hier qui veut imposer un modèle ancien de gouvernance centralisée et celle d'aujourd'hui qui souhaite une gouvernance plus partagée et plus transparente, souvent promise par les élus ces dernières années, rarement réalisée. Car à notre Dame des Landes la démocratie participative personne n'y croit plus. Technique du saucissonnage pour imposer des projets sur la durée. Comité d'expert très orientés vers le but à atteindre, trucage des devis de construction, sensibilité environnementale à girouette, paroles non tenues, toutes les techniques semblent bonnes pour ne jamais faire marche arrière. Dans une période de grande tension politique la conduite des grands projets ne supporte pas la contradiction. Le citoyen lambda est déclaré incompétent dans ce type de chantier.   

Voilà le dilemme :  la France est un pays qui s'est très souvent construit dans le conflit et le rapport de force. Mais en face des décideurs politiques, la société civile demande à prendre sa place. Là où les politiques rêvent d'efficacité, elle rêve de consensus et de dialogues. Là elle demande du temps, les élus sont bloqués par la logique mandataire. Désormais parce qu'elle a davantage accès aux informations,  la société civile s'informe, enquête, lance des contre expertises, fait des propositions très argumentées, monte des dossiers et s'oppose. Avons nous en France la culture du dialogue politique ? Sommes nous prêt à intégrer d'autres modes de décisions plus collégiales ? Pas sûr.

Bien au dela du conflit qui nous concerne. Le témoignage de Françoise Verchère est accablant, car il demasque les stratagèmes d'un déni démocratique dans les grands projets publics. Quelque soit le résultat des enquêtes publiques, ils sont très souvent votés par les élus. 

Au delà des logiques partisanes, quel est le coût de ce désaccord de plus 40 ans ? Combien de crêches, d'écoles auraient été construites avec cet argent gâché ? Et si à Notre Dames des Landes on chiffrait le coût des procès, des interventions des CRS, des expertises à répétitions ? N'est ce pas le citoyen qui paye la facture ? N'est pas une raison suffisante pour prendre part au débat ?

Il semble que quelque soit l'issu de ce conflit, c'est l'ensemble de la société qui a perdu : du temps, de l'argent et une volonté de construire ensemble un avenir commun. Car les répercutions politiques et sociales d'un tel désaccord se prolongent désormais en profondeur sur tout le territoire. En Loire Atlantique gauche et écologistes sont sur les dents depuis 20 ans, sur les grands travaux la confiance entre la population et bon nombre d' élus est largement érodée. Les habitants désormais pris en otage des blocages à répétition n'en peuvent plus de ce conflit et rêvent d'une issue prochaine. Mais davantage qu'un blocage, Notre Dames des Landes est désormais le symbole à l'international d'une France coupée en deux.

D'un côté une classe politique qui refuse de murir et de partager son pouvoir. De l'autre une société civile qui rêve de participer aux décisions qui la concerne et de défendre l'intérêt général.

Pour aller plus loin dans les stratagèmes employés pour contourner les enquêtes publiques, voici le texte partisan mais très argumenté de Françoise Verchère, à lire en lien avec l'interview de Médiapart.

"Les États et Empires de la Lune" par Françoise Verchère.  http://etatsetempiresdelalune.blogspot.fr/2016/01/un-document-evenement-sur-notre-dame.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel