Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2013

Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

Caroline Fourest en sauveuse du monde sur France 5

Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un peu cowboy l'attitude de Caroline Fourest dans son documentaire sur les conspirationistes sur france 5, mardi 5 février 2013. La journaliste sûre de son combat, se met en scène en redresseuse de tort, le regard dur et les jambes légèrement écartées.  Elle, elle marche à la preuve, elle sait discerner le bien du mal, tandis que les autres sont des extrémistes des conspirationistes, des istes, que l'on blackliste... La liste est longue des ennemis de l'information.  Lorsque l'on regarde de plus près son documentaire, peu de courage en réalité, des caméras cachées, des visages floutés, des ennemis désignés, et une voix off qui dit bien ce qu'il faut penser de la réalité tout en affirmant que le doute est nécéssaire. Si le doute est permis, pourquoi est ce que cette super héroine de France Télévision récemment décorée, nous assène en permanence ce que nous devons penser ? C'est elle qui a toujours le dernier mot qui corrige le tir en permanence, qui coupe à volonté, qui pose les musiques pour marquer les déviances, c'est elle qui choisit "les pépites" sur internet, désigne les méchants et les bons. En se mettant elle même en scène dans les rues de Paris, elle semble nous montrer la voix de la véritable information, nous protéger des dangers qui guettent partout. Ici rien à penser, pas d'ambiguité, pas de contradiction : les extrémistes, l'axe des désaxés c'est les autres, les non journalistes. Les interviews sont remontés à l'envie utilisant des plans de coupes largement inutiles et mal synchronisés. Le temps de parole est compté car le discours de l'autre n'a de valeur que pour affirmer ses faiblesses ou confirmer ses propres thèses.  Elle est cassante et dure avec Jacques Cheminade, tout miel avec Fabrice Arfi dont elle cherche la caution morale. Pour comprendre ce qu'il faut penser, puisqu'elle se filme,  il suffit de la regarder réflechir, lire ses expressions de désaccord, détecter ses sourires complices et ses bénédictions. Elle sanctionne ceux qui n'ont pas voulu lui répondre et se place dans le rôle de la femme de courage seule a pouvoir nager dans le marigot de la pensée qui conspire. Il ne s’agit pas de défendre ici les thèses ou les démonstrations des uns ou des autres, mais de constater simplement, que sur un film qui traite du complot, la question des armes de destructions massives  inventée par George W. Bush pour justifier une intervention militaire en Irak n’a même pas été évoquée, alors que ce sont précisément ce type de mensonges politiques relayés puissamment par les médias qui font germer les thèses conspirationistes. Pas un mot non plus sur les possibles raisons de l’état français, pour partir en guerre en Lybie, alors que de nombreux journalistes ont fait ce travail depuis bien longtemps.  Sur la planète des faits où il est bon de penser clair, on efface les traces de complots politiques mais on désigne ceux qui raisonnent à l’envers ! Finalement, à écouter cette journaliste il n’y a jamais de complot, il n’y a que des comploteurs.  Auto-mise en scène, voix off écrasante, désignation des ennemis, discours simplificateur à l'extrême.  En terme de journalisme et de subtilité on a déja vu beaucoup mais beaucoup  mieux. A jouer les chevaliers blancs en milieux hostiles, Forest se bati elle même une stature de sauveuse de l'information et c'est peut être dangereux, car c'est exactement ce qu'il faut faire pour accentuer la défiance vis à vis des médias. Encore 3 épisodes ?  Non merci, le premier a bien suffit. 

Nota bene Ajouté le 15 avil 2013 (J'ai vu et lu ce qui arrivait à Caroline Fourest dans les oppositions récentes avec les membres du FN et les opposants au mariage homo. Au déla de cet article critique, je trouve qu'elle fait preuve ici de courage et de tenacité dans ce débat de société et je condamne fermement la betise et le comportement haineux de ces manifestants irresponsables qui s'acharnent sur une journaliste). 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier