Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2021

Et soudain, des envies de cartes postales

Cette crise sanitaire a profondément modifié la forme de nos échanges. Le contact semble prohibé, pourtant la toile fourmille de ce désir d'aller vers l'autre. Sommes-nous vraiment préparés à des relation à distances ? En pensant aux réseaux sociaux, à leur immédiateté, j'ai soudainement des envies de cartes postales. De prendre du temps pour soi, pour l'autre, pour la pensée qui vole.

Xavier Liebard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Je n’arrête pas, Facebook à l'infini. Une frénésie idiote. Envie de garder un lien, d’écrire sur ce que nous traversons, parce que ce n’est pas ordinaire de ne plus pouvoir se voir, de ne plus se toucher. C'est ridicule je suis tellement déformé, que lorsque je vois des gens qui s'embrassent dans un film, j'ai envie de leur dire : attention, c’est trop prêt ! Alors, je pianote sur facebook pour rester connecté aux autres.  Sans doute pour combler un vide. Parce que je n’ose pas me dire à quel point la rencontre est un moteur irremplaçable... Pourtant je n’aime pas follement les réseaux sociaux. Trop superficiels, trop rapides, trop impersonnels, un peu obscènes et voyeuristes, comme la période.

Tout savoir, tout dire, tout connaître, tout montrer, tout étaler au grand jour, dans un zapping frénétique du spectaculaire, du consommé vite. Notre monde pressurisé a inventé les relations distanciées, les identités numériques, les dialogues en pointillés, les relations qui s’auto-détruisent. Cette recherche très narcissique du like... Elle doit être sacrément enracinée, cette envie d'être aimé ! Tellement puérile, que l’on tombe tous dedans... Si je reconnais que les réseaux sociaux sont bien utiles en période de crise pour garder un lien,  je ne saisis pas toujours la subtilité de leur fonctionnement. Cette manière d‘identifier l’autre par exemple, qui se passe désormais de notre autorisation. En deux mots, lorsqu’on échange sur Facebook et qu’un interlocuteur à choisi de vous nommer pour vous interpeller, votre nom apparait tout à coup en gras et vous recevez une identification sur votre ordinateur. Alerte ! Vous venez d'être identifié ! Du coup, tout ceux qui ont participé à la conversation sont au courant ! (J'ose à peine imaginer ce que cela donnerait dans un système devenu  policier !). Lorsque vous êtes identifié, c'est un peu comme si quelqu'un hurlait votre nom dans la rue ! Il n'y pas moyen de rester discret ! Il y a dans cette façon de pointer du doigt, d’identifier une personne, une injonction, comme s'il fallait répondre obligatoirement, devant témoin. La vie numérique, nous presse, nous oblige, nous stimule en permanence  et nous sommes désormais environnés d'alertes qui polluent notre quotidien. 

Bien sûr, il y a parfois des solidarités des luttes, des courages. Des images et des mots magnifiques... Mais sur le plan social c’est quand même étrange, d'être interpellé comme ça en permanence...

Comment en sommes nous arrivés là ? À vivre numérique ? A passer notre temps à nous auto promouvoir en mode publicité ?  À nous surveiller collectivement, en mode policier ? A dévorer des écrans toute la journée au point parfois d'en délaisser notre entourage ? Où est passé le secret ? L’intimité, le contact, la confidence, la relation personnelle ? Le temps de l'autre, de l’écoute. Le temps du silence, sans médias... Qu’est ce qui explique que nous en arrivions à montrer les photos de nos gosses à des gens que l’on ne connaît pas et qui s’en foutent ?

L’autre jour, une connaissance écrit longuement sur Facebook et évoque un événement terrible arrivé dans sa vie, la mort d'un proche. Le texte était beau sensible et touchant, peut être intimidant. Aucune réaction, rien, pas un commentaire pendant plusieurs jours. Un jour, deux, trous  jours rien. Je suis retourné voir, une semaine plus tard, le texte avait été effacé... Cet autre jour, un vieux copain qui ne donne aucune nouvelle depuis deux ans, se met tout à coup à liker un post très personnel ! Qu’est-ce qu’il a cherché à me dire ? Que depuis des années, il continue à m‘observer, à me lire ? Es-tu mon ami ? Es-tu mon espion ?

Il y a dans cette civilisation "de la surveillance" "de l'injonction" quelque chose de troublant, quelque chose qui nous juge, qui fabrique des urgences inutiles. Pas de guerre, pas de temps pour la guerre, juste une lassitude. Puisque l'on ne peut pas se voir, boire des coups, danser, rire, positionner librement. Je me dis que l'on peut se lire, s'écrire. Alors, j'ai parfois des rêves idiots et terriblement nostalgiques, celui d'envoyer et de recevoir des cartes postales...

Des cartes postales. Des belles images en carton que l’on écrivait à des copains pour dire que l’on se chauffait le cul au soleil, on se racontait rien et tout. Mais on prenait le temps de l‘autre, en écrivant un mot, on assumait une relation unique, sans témoin, sans flic, sans juge, sans identification. Un rêve bien illusoire terriblement vieillot. J'imagine, un retour des cartes postales même les plus moches possible en mode bonjour de Becon les Granits ou avec des couchers de soleil sursaturés et des moules frittes. Recevoir une carte postale, une lettre dans sa boîte aux lettres, c’est quelque chose...

Et si pendant cette pandémie qui n’enflamme pas les créateurs de cartes postales, on ralentissait ? On arrêterait la course... On s'enverrait des mots qui voyagent et qu'on guette à nos boites aux lettres !  Bon confinement ! Bon couvre feu ! Faites gaffe aux flics après 18 heures ! Prends soin de ta grand mère ! Mets ton putain de masque ! Prends tes frittes et ton gel ! Sur la plage, bronze barrières ! On ferait péter les boîtes aux lettres, on s’écrirait des cartes postales à deux balles, on se raconterait des choses qui servent à rien. Comme on faisait quand on était jeune. Les enfants mettraient un petit mot débile toujours le même, “Je me confine bien tonton, je pense à toi ! On se rappellerait ces moments simples où on se tenait à la terrasse d'un café pour penser aux copains avec un stylo au bord des lèvres. On ferait voler nos pensées dans les sacoches des facteurs.

Un temps perdu, un temps gagné ? Qui parait si loin, un temps à vivre des relations moins rapides... Fichus bars fermés ! Fichus spectacles annulés ! fichus réseaux sociaux ! Fichus virus...

Allez ! "Keep in touch" et courage. (Gardez le contact)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck