barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2020

Avec nous

Dans ma chronique hebdomadaire de cette semaine publiée tous les mardis par le journal l'Humanité je parle des discussions de citoyennes et citoyens dits handicapé-e-s intellectuel-le-s concernant le nom de leur association "Nous aussi" qu'ils veulent changer en "Avec nous".

barbara romagnan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 2014, j’échange avec un groupe de citoyennes et de citoyens réunis dans une association nommée Nous aussi. C’est une association nationale qui a des déclinaisons dans la plupart des départements de France. Dans le Doubs, cette association a des antennes à Besançon et son agglomération, dans le pays de Montbéliard, à Morteau…

L’une des conditions pour être membre de cette association est d’être soi-même handicapé intellectuel. Cette condition se justifie aux yeux des initiateurs pour s’assurer que ce sont bien les personnes handicapées elles-mêmes qui prennent leurs décisions qui les concernent et non d’autres (parents, institutions, etc.), aussi bien intentionnés soient-ils.

Le groupe de Besançon, que j’avais rencontré quand j’étais députée, parle politique, organise des soirées restaurant ou karaoké, des journées pour parler de leur sexualité, des discussions sur l’opportunité d’aller au salon de l’érotisme, des revendications des gilets jaunes ou des paysans, de la place des personnes migrantes dans la ville… Ils ont également une chorale et ont sorti un disque.

En période électorale, il prépare des rencontres avec les candidat-e-s, afin de dire leurs attentes, de poser des questions. Ils réalisent ensuite des documents d’informations accessibles (textes moins longs, vocabulaire courant) à l’intention des personnes handicapées intellectuelles afin que celles-ci puissent remplir leurs devoirs citoyens en étant informées. La plupart travaillent, certains ont des enfants.

Pour faire tout cela, ils sont accompagnés d’un animateur, Romaric. Je dis bien « accompagnés ». Romaric sait les écouter, les encourager, il ne fait pas à leur place, il se moque parfois d’eux, gentiment, et ils le lui rendent bien.

Depuis plusieurs mois, ils réfléchissent à cette condition d’être handicapé intellectuel pour être membre de leur association. Plusieurs raisons à cela. Déjà, la limite entre qui serait handicapé et qui ne le serait pas est floue, mouvante, dépend des façons d’évaluer, des cultures, des moments dans la vie. Ensuite, ils réfléchissent, travaillent, échangent, s’amusent avec plein de personnes non considérées comme « handicapées » et ils trouveraient « normal » qu’elles aussi soient membres de leur association.

Enfin, ce qu’ils veulent c’est appartenir à la cité à égalité avec les autres, pas être à part. Alors ils se sont dit que, pour cela il serait mieux que leur association à eux aussi soit ouverte. Conséquents, ils ont créé une nouvelle association, dont ils ont choisi le nom - qui doit être confirmé - cette semaine, Avec nous. Façon d’inviter à les rejoindre. Je suis très fière de participer à ces réflexions avec eux et de pouvoir être membre de leur association.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre