barbara romagnan

Besançon - France

Son blog
111 abonnés Le blog Mediapart de Barbara Romagnan
Voir tous
  • Contre la pénalisation du harcèlement de rue

    Par
    À la suite des déclarations du Président de la République et de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, le harcèlement de rue est à nouveau visibilisé dans le débat public, ce qui est utile et appréciable. Mais il me semble important de savoir apprécier dans le même temps les controverses que peut susciter sa pénalisation et qui émanent précisément des associations féministes luttant contre les violences sexuelles et le harcèlement de rue.
  • Contre la culture du viol, veillons à ce que notre justice soit exemplaire!

    Par
    Notre loi et notre système législatif permettent-ils de répondre efficacement aux actes de viol et d’agression sexuelle ? N’est-il pas nécessaire de réaffirmer la primauté de l’idée de « consentement » ? Est-elle seulement correctement définie dans la loi ? Enfin, comment soutenir et venir en aide aux personnes violentées sexuellement ?
  • Socialistes, notre parti est-il encore celui des libertés?

    Par
    Je publie sur ce blog la lettre que je viens d’adresser à Rachid Temal, secrétaire national à la coordination de mon parti, le Parti socialiste. Le vote de nos parlementaires en faveur d’une loi qui remet en cause notre État de droit met en péril les valeurs fondamentales de notre famille politique.
  • À mes camarades socialistes

    Par
    Chers camarades, hier, à l’Assemblée nationale, aucun des camarades députés de notre parti ne s’est opposé à la loi dite de sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme. Ce texte n’est pourtant pas un texte comme les autres car il remet en cause notre État de droit. Nous, militants socialistes, ne pouvons rester indifférents.
  • Non à une République qui marche «au pas»!

    Par
    En République, c’est le Parlement qui contrôle le Gouvernement, et non l'inverse. En République, c’est aux citoyens qu’il appartient de décider si les représentants sont dignes de confiance. En République, un député élu par des citoyens libres doit être une voix libre – et non pas la voix du Président. En somme, une République qui « marche », ce n’est pas une République qui marche « au pas ».
Voir tous
  • Édition Socialisme hors-les-murs

    Parti socialiste: Et si on commençait par le mandat unique !

    Par
    La proposition formulée par Martine Aubry d'interdire le cumul des mandats au sein du Parti socialiste ne devrait s'appliquer qu'après les élections régionales, si jamais les militants y consentent. «N'y a-t-il pas le risque une nouvelle fois d'annoncer des propositions novatrices et de toujours de différer leur mise en œuvre?», s'inquiète Barbara Romagnan, conseillère générale PS du Doubs et docteure en sciences politiques.